Météo : en mai, jusqu'à deux fois plus de pluie que la normale en Bourgogne

Publié le
Écrit par Matti Faye

Les cumuls de pluie sont 1,5 à 2 fois plus importants que la normale au mois de mai en Bourgogne. Météo France a par exemple relevé jusqu'à 175 mm de pluie dans le Morvan. Il a aussi fait froid : 12°C en moyenne à Dijon !

Vous avez l'impression d'avoir vécu un mois de mai bien trempé ? Vous avez raison. "Contrairement aux mois de mars et avril qui avaient été plutôt secs, on a changé de régime au mois de mai", confirme François Lequeu, prévisionniste-conseil au centre de Dijon de Météo France. "La pluviométrie a été assez excédentaire sur l'ensemble de la Bourgogne. Sur le département de la Côte-d'Or par exemple, on a eu en cumul de 75 à 125 mm sur le mois de mai."

Météo France a ainsi relevé 75 mm de précipitations cumulées à Arnay-le-Duc, en Côte-d'Or, 105 à Dijon, 117 à Beaune ou encore 125 mm à Châtillon-sur-Seine. Des chiffres importants, mais qui ne sont tout de même pas inédits.

Le reste de la région a même été davantage arrosé, avec 148 mm de pluie à Mâcon (Saône-et-Loire) ou 155 à Louhans. Dans le massif du Morvan, les valeurs s'échelonnent entre 150 et 175 mm. "Cela représente pratiquement deux fois ce qui aurait pu tomber en temps normal au mois de mai", précise le spécialiste.

Un équilibre sur le début de l'année

Mais ce mois de mai (très) humide fait suite à trois mois plus secs en Bourgogne. "Février, mars et avril ont été très nettement déficitaires". Si bien qu'avec un mois de janvier et un mois de mai excédentaires du point de vue des précipitations, la situation est pratiquement conforme aux normales depuis le début de l'année. "On a un équilibre qui s'est fait", ajoute François Lequeu.

Une bonne nouvelle pour les agriculteurs, car à la fin du mois d'avril, on commençait à constater des sols qui commençaient à être secs, explique le prévisionniste. Mais cela ne suffit pas à écarter le risque de sécheresse pour les prochains mois. "Les indications qu'on avait sur les mois de mai, juin et juillet nous faisaient penser qu'on allait plutôt vers un temps moins humide et beaucoup plus sec pour les mois de juin et juillet."

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), établissement public qui surveille notamment le niveau des nappes phréatiques, pointait dans ses prévisions saisonnières pour mai à juillet un risque de sécheresse fort voire très fort en Bourgogne-Franche-Comté. Selon la carte publiée par le BRGM début mai 2021, seul le nord et l'ouest de l'Yonne n'est pas menacé par un risque de sécheresse cet été dans notre région.

3 degrés en dessous des normales

Du côté des températures, le mois de mai a logiquement été plus froid que d'habitude. La température moyenne n'est ainsi que de 12 °C à Dijon, trois degrés en dessous des normales calculées entre 1981 et 2010. "Depuis 1945, c'est la cinquième valeur la plus basse à Dijon".

Un seul épisode de chaleur, entre le 8 et le 9 mai est venu faire remonter le thermomètre, avec des pics entre 22 et 26 degrés. Mais "du 10 au 26 mai, les températures sont restées constamment sous les normales", rappelle François Lequeu.

C'est assez remarquable pour un mois de mai d'avoir très peu de valeurs qui ont dépassé les 20 degrés.

François Lequeu, prévisionniste-conseil à Météo France

Autre caractéristique notable de ce mois de mai, c'est le faible ensoleillement, avec par exemple uniquement 133h de soleil à Dijon. "On devrait avoir normalement au moins 240h. Mais ce n'est pas le record. En 2013, Dijon n'avait connu que 100h d'ensoleillement au mois de mai, le record absolu depuis 1945."

Rassurez-vous, les chiffres vont un peu remonter d'ici la fin du mois. On attend du soleil et de la chaleur pour le week-end. "Nous allons avoir les trois jours qui viennent des températures maximales sur la Bourgogne comprises entre 22 et 24 degrés. Des températures quasi-normales pour une fin mai", promet François Lequeu. De quoi terminer le mois de mai autrement qu'il a commencé.