A la grande Galerie de l'Evolution, une exposition sur les météorites fait la part belle à ces roches qui fascinent. Un voyage dans l’univers, aux confins du ciel et de la terre.

Elle s’était écrasée en juillet 1868 dans la vallée de Lavaux. Cent-cinquante ans plus tard, la météorite d’Ornans atterrit à la Grande Galerie de l'Evolution. Elle est l’une des nombreuses roches tombées du ciel exposées au Muséum national d'Histoire Naturelle de Paris.

En matière de recensement, la pierre du Doubs fait office de pionnière. Elle a donné son nom aux météorites dites  « chondrites carbonées ». Si l’expression a de quoi effrayer,  elle est vulgarisée dans l’exposition « Météorites, entre ciel et terre »

Plus de 350 pièces de la collection du Muséum y sont actuellement exposées.  Une invitation à déambuler entre des vitrines de météorites, un retour sur l’histoire de ces objets vieux de 4.56 milliards d’années. Avec, à la clé, la possibilité de toucher un bout de Lune et un morceau de Mars. Pour renouer avec le côté poétique, une douzaine d’œuvres d’art inspirées des météorites sont également présentées.