Meurtre d’une septuagénaire à Héricourt en Haute-Saône : le voisin mis en examen déjà impliqué dans une tentative de meurtre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Courageot
Un véhicule de la police nationale (image d'illustration)
Un véhicule de la police nationale (image d'illustration) © LIONEL VADAM / l'EST REPUBLICAIN MAXPPP

Un homme de 60 ans a été mis en examen pour "homicide volontaire" jeudi 25 novembre. Il est soupçonné d’avoir frappé violemment une femme à son domicile quelques jours plus tôt. En 2017, cet homme avait été interpellé à Valentigney dans le Doubs pour des coups de couteau sur un voisin.

Que s’est il passé mardi 23 novembre dans cet immeuble du quartier des Chenevières à Héricourt ? La garde à vue du suspect, l’autopsie et les investigations de la police scientifique de Dijon ont permis de faire avancer rapidement l’enquête.

Hématomes et fractures, une mort violente

Ce mardi, le neveu de la victime donne l’alerte. La sexagénaire ne donnait plus de nouvelles. Le corps de la femme est retrouvé recouvert d’un blouson. L’autopsie révèle d'importantes traces de coups ont été portés sur la partie haute du corps, des hématomes, une fracture cervicale et crânienne, des traces de strangulation. La mort remonte à plusieurs heures. Des traces de cheveux sont découvertes dans la main de la défunte. L’appartement a été fouillé avant ou après le décès.

En 2017 au bas d'un immeuble, des coups de couteau portés contre un voisin

Les policiers de la sûreté de Montbéliard découvrent rapidement des traces de sang dans l’immeuble où un individu était connu de la justice. Il s’agit d’un voisin, agent d’entretien. L’homme doit être jugé prochainement devant la cour d’assises du Doubs pour tentative de meurtre. Le 3 février 2017, excédé par des bruits de voisinage, il avait tenté de tuer un voisin en bas de son immeuble de 6 coups de couteau, l’homme était alcoolisé au moment des faits a précisé le procureur de la République Etienne Manteaux, lors d’une conférence de presse.


Devant la porte de cet homme, des traces de sang, qui ont été nettoyées. Interpellé, l’individu est alors alcoolisé, confus, agressif. Les policiers découvrent du sang sur ses vêtements, et une machine à laver qui tourne. L’homme connaissait bien la victime et lui venait en aide régulièrement. Les deux personnes semblaient être en conflit depuis quelques jours pour des problèmes de livraison de colis. “L’homme a nié toute implication dans un premier temps. Quand les enquêteurs lui ont montré du sang sur ses chaussettes, l’homme a expliqué être rentré dans l’appartement où il a trouvé le corps, puis avoir paniqué” a détaillé le procureur.


Placé en garde à vue, l’homme a souhaité gardé le silence. Juste avant, il s’est confié au médecin déclarant spontanément qu’il avait “tabassé une femme dans l’après-midi, qu’il avait vu rouge”.

Un casier judiciaire et des problèmes d’alcool

Le suspect avait déjà un casier pour quatre faits de conduite sous l’emprise de l’alcool. Il devait être jugé pour la tentative de meurtre de Valentigney. Il avait à l’époque été laissé en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction de paraître dans le département du Doubs. En 2017, le médecin psychiatre avait estimé son risque de récidive faible, sauf en cas de consommation d’alcool importante. Était-ce le cas le jour des faits ?


L’homme a été placé en détention et reste présumé innocent. Le juge des libertés et de la détention décidera mardi de de son éventuel maintien en détention. De nombreux échantillons recueillis sur la scène du meurtre doivent encore être analysés. L’enquête est confiée au pôle d’instruction de Besançon avec une co-saisine de la sûreté de Montbéliard et la police judiciaire de Besançon.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.