• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Mort de Jérôme Laronze : l'enquête judiciaire élargie

Jérôme Laronze est mort en mai 2017. / © Emmanuelle BOULAND/PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE/MAXPPP
Jérôme Laronze est mort en mai 2017. / © Emmanuelle BOULAND/PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE/MAXPPP

Jérôme Laronze, agriculteur de 37 ans, est mort en mai 2017 mortellement touché par les balles d'un gendarme. L'enquête sur les circonstances de son décès se poursuit et a récemment été élargie.

Par M. F.

Jérome Laronze, éleveur bovin installé à Trivy en Saône-et-Loire, est mort le 20 mai 2017 tué par un gendarme. Depuis deux ans, l'information judiciaire se poursuit. Et l'enquête a récemment été élargie suite aux demande de la famille Laronze, comme l'indique le Journal de Saône-et-Loire dans son édition de jeudi 21 mars.

C'est la sœur de l'éleveur, Marie-Pierre Laronze qui a donné cette précision mercredi 20 mars lors de la soirée mensuelle d'hommage à Jérôme Laronze organisée à Mâcon. "Le parquet de Chalon a accepté que l'information judiciaire en cours soit élargie à deux autres aspects du dossier : la pollution de la scène d'infraction et la non-assistance à personne en danger", a-t-elle indiqué selon des propos rapportés par le Journal de Saône-et-Loire.

Selon elle, toutes les douilles des balles tirées par le gendarme n'auraient pas été retrouvées et l'agriculteur n'aurait pas bénéficié de soins de première urgence.

Le 11 mai 2017, lors d’un contrôle vétérinaire de son exploitation, Jérôme Laronze avait foncé avec son tracteur sur les forces de l'ordre qui accompagnaient les inspecteurs des services sanitaires avant de prendre la fuite.

Quand il a été retrouvé par les gendarmes, neuf jours plus tard, Jérôme Laronze se trouvait dans sa voiture. Alors que les deux militaires s'approchaient de lui, l'agriculteur de 37 ans a foncé sur eux.

Se sentant menacés, les deux hommes ont ouvert le feu à plusieurs reprises. L’un d’eux a touché l’agriculteur de trois balles mortellesLe gendarme avait été mis en examen pour "violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Digoin : un repreneur pour la faïencerie

Les + Lus