Municipales 2020 : Eric Alauzet, Denis Sommer...ces candidats de la République en Marche qui ont subi un lourd revers

Eric Alauzet, député du Doubs LREM / © JC TARDIVON - maxPPP
Eric Alauzet, député du Doubs LREM / © JC TARDIVON - maxPPP

Les députés  du Doubs Eric Alauzet et Denis Sommer, et d'autres candidats issus de la majorité présidentielle ont été boudés par les électeurs de Franche-Comté lors du premier tour des municipales. Un probable vote sanction. Dans quelles communes de Franche-Comté ?

Par S.C avec Jérémy Chevreuil

Eric Alauzet à Besançon

Dans l'ex-capitale comtoise, le candidat Eric Alauzet investi officiellement dès l'été 2019 par la République en Marche ne rassemble que 18,9% des suffrages.
Le député du Doubs (LREM) arrive en troisième position derrière la liste emmenée par Anne Vignot pour Europe Ecologie Les Verts et l'union de la gauche.
Il est en capacité de se maintenir au second tour qui s'oriente vers une triangulaire.

"Il y a un vote sanction, comme pour tous les gouvernements successifs. C'est une déception, naturellement. La réforme des retraites a tendu les citoyens à l'égard du gouvernement, la dissidence et peut-être le non soutien du maire sortant ont appuyé la chose contre Eric Alauzet" a expliqué sur notre plateau Margot Brisson, référente LREM Doubs. Pour Eric Alauzet, la candidature dissente d'Alexandra Cordier soutenue par le maire sortant Jean-Louis Fousseret a joué en sa défaveur.
 
Anne Vignot, Ludovic Fagaut et Eric Alauzet sont maintenus au second tour, contrairement à Claire Arnoux.
Anne Vignot, Ludovic Fagaut et Eric Alauzet sont maintenus au second tour, contrairement à Claire Arnoux.


Denis Sommer à Montbéliard

Dans la cité des Princes, le revers est encore plus lourd pour Denis Sommer, ancien syndicaliste, député LREM du Doubs également. Face à la maire sortante, Marie-Noëlle Biguinet (LR), le candidat de la majorité présidentielle est loin d'avoir été plébiscité par les électeurs. L'homme avait des ambitions et espérait décrocher la présidence de l'agglomération du Pays de Montbéliard.

Maud Clavequin à Belfort

Dans la cité du Lion où le maire sortant Damien Meslot se retrouve en ballottage très favorable, la candidate investie par la République en Marche obtient moins de 8% des suffrages. Maud Clavequin, est vice-présidente PS du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Dans cette ville de Belfort, la gauche partait divisée, d'où la dispersion des scores.

 


Christophe Bois à Lons-Le-Saunier : un candidat LREM qui résiste dans les urnes

A Lons-Le-Saunier, où les électeurs devaient choisir un dauphin à Jacques Pelissard, LR, son adjoint étiquetté Agir-LREM a visiblement capitalisé sur son nom les voix de la droite républicaine. Héritage de Jacques Pélissard. Il est en ballottage favorable.



A Vesoul et Valdahon, deux élus au premier tour aux couleurs de La République en Marche


Seul motif de satisfaction pour le parti présidentiel, la conseillère départementale du Doubs Sylvie Le Hir prend la mairie de Valdahon dans le Doubs.

A noter également les bons résultats des représentations d'Agir La Droite Constructive, associé au gouvernement. A Vesoul, le maire sortant Alain Chrétien est réélu dès le premier tour.
Ici, la prime au sortant a été plus forte que le vote-sanction.
 


Les petits scores des dissidents de La République en Marche


Alexandra Cordier à Besançon, ancienne référente départementale LREM du Doubs obtient 4,6% des suffrages. Elle avait pourtant le soutien de Jean-Louis Fousseret, maire sortant.

Christophe Perny à Lons-Le-Saunier, présentait une liste divers gauche. L'ancien président du conseil départemental, ancien socialiste, exclu pour sa dissidence de LREM obtient 7,7% des suffrages.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus