• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Nièvre : l'édition 2018 de la Route de France féminine annulée

Les participantes de la Route de France féminine 2016 / © Jean-Marc Hecquet
Les participantes de la Route de France féminine 2016 / © Jean-Marc Hecquet

La 11ème édition de la célèbre course cycliste par étapes féminine devait se tenir du 5 au 10 juin avec une arrivée et un départ dans la Nièvre. Elle vient d'être annulée. La faute selon les organisateurs au désengagement de la communauté d'agglomération de Nevers de la course.

Par Y.E

Déjà annulée en 2017, la Route de France féminine n'aura pas non plus lieu cette année. La course devait se tenir pendant 6 jours du 5 au 10 juin avec notamment un départ et une arrivée prévus dans la Nièvre. L'épreuve devait traverser huit départements au total dont l'Yonne.


Selon Hervé Gérardin, directeur général de la course, l'annulation est la conséquence du désengagement de la communauté d'agglomération de Nevers. Sur le site officiel de la course, il pointe dans un communiqué "le retrait de la collectivité qui se désengage du projet malgré des écrits et qui remet en cause les deux étapes dans la Nièvre", et par conséquent, l'intégralité de la course.

Sans solution de repli à moins de 7 semaines du grand départ, c'est "avec une grande amertume" que l'organisateur a donc décidé d'annuler en urgence l'édition 2018 de la Route de France féminine.


Très abattu par la nouvelle, Hervé Gérardin déclare "officiellement son retrait définitif dans le milieu du cyclisme féminin international" et donc de l'organisation de la Route de France. 

Après celle de 2017, cette nouvelle annulation de l'épreuve devrait avoir pour conséquence la suppression définitive de cette épreuve internationale.  Cette annonce a provoqué la colère de nombreuses communes qui devaient accueillir la course.

Pas d'engagement selon le président de Nevers agglomération


Face à ces accusations, le président de Nevers agglomération se défend. Pour Denis Thuriot, "il n'y a pas eu d'engagement. Il y a eu une sollicitation de l'agglomération de l'organisation, et pas l'inverse". Il ajoute que "jamais un contrat n'a été signé". 

Il a expliqué à notre micro que la commission de l'agglomération "avait donné un avis plutôt réservé au mois de décembre et que l'organisation en avait été informé". 

La ville de Nevers espère que cette mésentente ne nuira pas à sa volonté d'accueillir une étape du Tour de France dans les années à venir. La municipalité a déjà pris contact avec Christian Prudhomme, directeur de la Grande Reine. "Il reste une possibilité pour l'an prochain et on avait dit qu'on essaierai de privilégier plutôt cela". 

Sur le même sujet

Malaise dans la police : "des collègues n'y croient plus"

Les + Lus