Coronovirus : sur la carte du déconfinement, la Nièvre en rouge, une erreur ?

A la suite de la publication de la carte de France du déconfinement jeudi 30 avril par le ministère de la Santé, il apparaît que tous les départements de la Région Bourgogne-Franche-Comté sont au rouge. Ce qui étonne beaucoup les élus locaux...

L'hôpital Pierre Bérégovoy à Nevers (image d'illustration)
L'hôpital Pierre Bérégovoy à Nevers (image d'illustration) © FTV
A la publication de la carte jeudi soir, le département de la Nièvre est apparu coloré en rouge, ce qui est pour le moins inattendu pour le maire de Nevers (SE) et président de Nevers Agglomération, Denis Thuriot.

Ainsi Denis Thuriot a déclaré à France 3 Bourgogne : « Ça a été une grande surprise. C’est assez étonnant et à mon avis, c’est très contraire à la départementalisation voulue par le Président de la République et le Premier ministre. On essaie de comprendre pourquoi. Je rappelle quand même que cela est très provisoire et que cela peut changer tous les jours. L’important, ce sera la situation au 7 mai. »
 

Comment le classement s'est-il effectué ?

La cartographie est décomposée en 3 cartes :
La première carte classe les départements en vert, orange ou rouge selon la part des passages aux urgences qui concernaient des suspicions de Covid-19 (qu'elles aient été confirmées ou non) sur les sept derniers jours. Au-dessus de 10%, un département est rouge.
La deuxième carte classe les régions (et donc les départements qui les composent) en fonction de la part des lits en réanimation habituellement ouverts qui sont aujourd'hui occupés par des malades du Covid-19 (un taux qui peut dépasser 100%, car des lits supplémentaires ont été créés pour faire face à l'épidémie).
La troisième est celle qui pourra influer sur les conditions du déconfinement. Elle combine ces deux critères : il suffit d'être en rouge sur une des deux premières cartes pour être classé rouge, et en orange sur au moins une des deux premières cartes pour être classé orange.
Et selon Denis Thuriot, c'est sur le nombre de places en réanimation occupées, prises en compte au niveau régional qu'il y a une erreur.
« La Nièvre compte 4 personnes en réanimation sur une capacité de 15 lits. « On est largement en dessous des 60 % qui permettraient d’être en vert. Il y a une incohérence dans tout cela. »

Même étonnement pour le Président du Conseil Départemental

Alain Lassus, président (PS) du Conseil Départemental de la Nièvre est tout aussi étonné :
« Ce classement m’a effectivement surpris. J’ai eu au téléphone ce midi (vendredi 1er mai) le directeur de l’ARS. Le critère sur la tension sur les services de réanimation qui existe dans toute la région Bourgogne-Franche-Comté est répercuté aujourd’hui sur la Nièvre »
Sur le second critère qui est la part des passages aux urgences sur des suspicions de cas, Alain Lassus déclare que : « Le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé m’a confié que c’était une erreur. Comme le Cher, comme le Lot et comme pour la Haute-Corse, ce sont des prélèvements de résultats ou d’informations qui n’ont pas été faits correctement. »
 

L'Agence régionale de Santé apporte son explication

L’explication a été donnée par le Directeur Général de l'ARS. Selon lui, 70 personnels de santé auraient été pris en compte par erreur dans ces statistiques comme des "cas suspects". Ils venaient faire un dépistage préventif.
Le communiqué de l'ARS explique  : "La Nièvre apparaît en rouge sur la première carte représentant le niveau de circulation du virus, alors même que la dynamique épidémique y est plus faible que dans le reste de la région.
L’indicateur national a été construit sur la base du pourcentage de passages aux urgences lié à des suspicions de COVID. Or, ce nombre a intégré dans la Nièvre un grand nombre de dépistages de personnels soignants réalisés ces derniers jours. Ce biais d’analyse a été signalé à l’échelle nationale par l’ARS et les équipes de Santé publique France en région, afin de permettre une correction de la cartographie.
A noter que cela n’est pas de nature à influer sur la couleur du département sur la carte de synthèse, le niveau de tension sur les services de réanimation en Bourgogne-Franche-Comté emportant le classement en rouge de tous les départements de la région.
L’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle que quelle que soit la couleur des départements et leur évolution dans les jours qui viennent, les comportements à adopter pour lutter contre l’épidémie restent les mêmes pour tous : il est impératif de continuer à respecter le confinement et à adopter scrupuleusement les gestes barrières et les mesures de distanciation physique, pour limiter au maximum la circulation du virus dans la perspective du 11 mai."

Peu de perspective d'évolution dans une semaine

L'ARS conclut : « Etant donné que ce classement se fait selon la tension dans les services de réanimation, vus les chiffres de la Bourgogne, on peut se dire que jeudi prochain, nous serons encore classés rouge. De toute évidence, la tension ne sera pas retombée sur l’ensemble des hôpitaux de la région."

Le reportage de Rémy Chidaine et Tania Gomès

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter