• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Formule 1 : le Grand Prix de France revient mais pas dans la Nièvre

Le parc à thème devrait être construit à côté du circuit automobile de Nevers-Magny-Cours
Le parc à thème devrait être construit à côté du circuit automobile de Nevers-Magny-Cours

Le Grand Prix de France fera son retour en 2018 sur le circuit Paul Ricard en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le circuit de Magny-Cours, dans la Nièvre, avait aussi déposé un dossier.

Par B.L.

"Le Grand Prix de France de Formule 1 va faire son retour" au calendrier du Championnat du monde, "en 2018, sur le circuit Paul Ricard au Castellet (Var)", a annoncé lundi 5 décembre 2016 à Paris Christian Estrosi, président de la Région Provence Alpes Côte d'Azur (PACA).

"Je vous l'annonce fermement (...) C'est une grande ambition pour la France, au nom de la Région PACA", a expliqué Christian Estrosi lors d'une conférence de presse organisée au siège de l'Automobile Club de France (ACF), organisateur des premiers Grands Prix de France au début du 20e siècle.

Le Grand Prix de France a déjà eu lieu 14 fois au Castellet, entre 1971 et 1990.

Le conseil général de la Nièvre va poursuivre le développement du site de Magny-Cours
Le conseil général de la Nièvre va poursuivre le développement du site de Magny-Cours


Le circuit du Castellet a remporté la course

Le Grand Prix de France de Formule 1 s’est déroulé 18 fois sur le tracé de Nevers Magny-Cours, de 1991 à 2008.

Magny-Cours avait succédé en 1991 au circuit Paul-Ricard du Castellet pour l'organisation du Grand Prix de France, qu'il a accueilli jusqu'à la dernière édition de l'épreuve, en 2008.

Par la suite, les collectivités territoriales de Bourgogne s’étaient regroupées pour obtenir l'organisation d'un Grand Prix de France de Formule 1.
Un groupement d'intérêt public avait vu le jour avec la Région Bourgogne, le département de la Nièvre, l'agglomération de Nevers, ainsi que les départements voisins du Cher et de l'Allier qui sont à proximité de Magny-Cours et qui ont bénéficié par le passé des retombées économiques d'un Grand Prix.

Le circuit de Magny-Cours dans la Nièvre
Le circuit de Magny-Cours dans la Nièvre


La colère des élus de Bourgogne

François Fillon, à l’époque où il était Premier ministre de Nicolas Sarkozy, avait soulevé la colère des élus bourguignons quand il avait écarté l'éventualité d'un retour du Grand Prix de France sur le circuit de Nevers Magny-Cours.

François Fillon, en déplacement dans le Sud, s'est rendu sur le circuit Paul Ricard vendredi 30 mars 2012. Le montage financier prévu "ne coûtera rien à l'Etat", avait-t-il affirmé. "Symboliquement, il ne serait pas acceptable de subventionner un Grand Prix de F1, comme c'était le cas dans le passé sur le circuit de Magny-Cours", avait précisé François Fillon. Les élus bourguignons avaient dénoncé "le parti pris du Premier ministre".

Seuls les élus d'EELV (Europe Ecologie-Les Verts) ne partageaient pas cet engouement, estimant qu'il fallait tourner la page. "Aider à tout miser sur des bolides qui roulent très vite et qui consomment beaucoup est une erreur", estimaient-ils.

Le reportage de R. Chidaine et T. Gome avec :
  • Serge Saulnier, président du circuit de Nevers - Magny-Cours
  • Patrice Joly, président du Conseil départemental de la Nièvre (PS)
  • Guillaume Maillard, président du pôle performance de Magny-Cours
Le Grand Prix de France au Castellet : les réactions dans la Nièvre
Le Grand Prix de France fera son retour en 2018 sur le circuit Paul Ricard en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le circuit de Magny-Cours, dans la Nièvre, avait aussi déposé un dossier. Sur place, quelles sont les réactions ?

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Quel avenir pour la maison Colette de Besançon ?

Les + Lus