Sécheresse en Bourgogne : quels cours d’eau ont franchi le seuil de “crise” ?

Publié le
Écrit par Lisa Guyenne

En Bourgogne-Franche-Comté, seuls trois des 55 bassins de la région sont encore considérés comme ayant un débit normal. Tous les autres sont en alerte, et 21 secteurs ont franchi le seuil de crise.

Ce mercredi 3 août, Météo France maintient l'alerte orange canicule en Côte-d'Or et en Saône-et-Loire, et l'alerte jaune dans l'Yonne et la Nièvre, jusqu'à jeudi 16 heures. Une chaleur extrême qui accentue la sécheresse et risque de mettre un peu plus à mal les cours d'eau de Bourgogne, déjà très affectés par le manque de pluie ces dernières semaines. Découvrez ici quels sont les cours d'eau les plus touchés. 

Selon le dernier bulletin sécheresse établi par la DREAL au 1er août, on observe une "nette dégradation" du niveau des cours d'eau. Fin juillet, 21 bassins sur 55 sont classés en "crise", contre 11 la semaine précédente. 17 secteurs sont en "alerte renforcée". Seuls trois secteurs échappent aux alertes sécheresse, et "la situation hydrologique continuera de se dégrader”, avertit la DREAL.

En Saône-et-Loire, la Saône plus de 10 fois inférieure à son débit normal

À Mâcon, le niveau de la Saône a atteint le seuil de "crise" : son débit au 31 juillet est de 30 m3 par seconde, contre 47 à la mi-juillet. D'ordinaire, la Saône circule à environ... 400 m3 par seconde.

À Cluny, autre cours d'eau en "crise" : la Grosne. Son débit actuel n'est que de 0,30 m3 par seconde, alors que le seuil dit "de vigilance", premier niveau d'alerte, est fixé à 0,54 m3 par seconde.

Dans le Morvan, l'Arroux, mesuré à Rigny-sur-Arroux, Etang-sur-Arroux et Dracy-Saint-Loup, est lui aussi en "crise" dans tous ces secteurs.

En Côte-d'Or aussi, la Saône est à un niveau inquiétant

Près de Pouilly-sur-Saône, la Saône est aussi classée "en crise". Le captage de Lechâtelet enregistre un débit de 14,6 m3 par seconde, contre 16,8 la semaine précédente. Situation inquiétante également pour la Vouge et la Biètre, elles aussi en "crise".

La Tille, mesurée à Arcelot et Champdôtre, est pour l'heure en "alerte renforcée". C'est le niveau 3/4 de vigilance, le seuil qui précède le niveau "crise". Même chose pour la Vingeanne, qui passe notamment par Oisilly. Près de Dijon, l'Ouche est quand à elle en "alerte", soit le niveau 2/4 de vigilance. 

Il y a quelques jours, le syndicat du bassin de la Tille a partagé sur sa page Facebook des photos de la rivière totalement à sec par endroits. Le lit de la rivière ressemble à un chemin, on y voit des poissons morts et desséchés.

Dans l'Yonne, les affluents du canal de Bourgogne sont à la peine

L'Yonne est le département qui enregistre le moins de cours d'eau en "crise", mais sa situation reste préoccupante. En plus du Cousin qui a franchi le seuil de crise, de nombreux cours d'eau sont en alerte renforcée : l'Armançon, le Serein, l'Ouanne, la Vanne et même la rivière Yonne par endroits. À Gurgy, son débit n'est que de 10,7 m3 par seconde, alors que le premier niveau d'alerte est fixé à 14 m3 par seconde.

En outre, Voies Navigables de France a décrété mi-juillet la fermeture du très touristique canal de Bourgogne sur un tronçon de 40 km entre Migennes et Tonnerre, à cause du trop faible niveau des affluents du canal.

► PLUS D'INFOS - Sécheresse : dans l'Yonne, le canal de Bourgogne fermé à la navigation entre Migennes et Tonnerre

Dans la Nièvre, certains cours d'eau n'ont quasiment plus de débit

Le département de la Nièvre vient de renforcer à nouveau, ce jeudi 4 août, ses mesures de restrictions d'eau. 

Dans la Nièvre, la Loire est en seuil d'alerte (niveau 2/4 de vigilance). Mais d'autres cours d'eau sont dans une situation plus grave et placés en "crise" : c'est le cas de l'Aron, mesuré à Verneuil à 0,33 m3 par seconde, alors que le seuil de crise est fixé à 0,78 m3 par seconde. Le débit de l'Ixeure, mesuré à La Fermeté, est réduit à peau de chagrin avec 0,01 m3 par seconde. Le Sauzay et le Beuvron sont aussi placés en alerte "crise".

Quand à la partie nivernaise de l'Yonne, notamment à Corancy et Dornecy, la rivière est placée sous "alerte renforcée".

Dans les zones classées "en crise", les usages de l'eau sont limités au maximum. Sont autorisés : l'alimentation en eau potable et l'abreuvement des animaux, l'arrosage des jardins potagers mais uniquement entre 6 et 8 heures du matin, ainsi que les prélèvements destinés à irriguer les cultures agricoles, mais uniquement dans des retenues d'eau déconnectées du réseau des nappes phréatiques.