• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Le nouveau clip de Billy Fumey chante l'émigration franc-comtoise vers les Amériques

Billy Fumey chante l'émigration comtoise aux USA / © Billy Fumey
Billy Fumey chante l'émigration comtoise aux USA / © Billy Fumey

Adieu Champlitte, adieu Valonne. Le chanteur régional passionné par l'histoire américaine de nos ancêtres leur rend hommage. Des milliers de Comtois ont émigré au 19e siècle vers l'Amérique, le Canada ou le Mexique. 

Par Sophie Courageot

Ressentir comme une envie d'ailleurs
Rêver d'Amérique, d'une vie meilleure
Emporter aux semelles de mes chaussures
La terre des vignes ou des pâtures


Billy Fumey est passionné par la généalogie. Cet été encore, le Comtois est parti sur les traces des émigrés comtois. Dans l'Ohio, il s'est rendu dans le village de Calmoutier fondé en 1830 par des habitants de Calmoutier en Haute-Saône. Il a rencontré là-bas des descendants de Francs-Comtois. "Dans les cimetières américains, on trouve encore des noms comtois, de patronymes ou de lieu de naissance des émigrés américains" explique Billy Fumey qui a été candidat de la France à l'Eurovision des langues régionales.

Adieu Champlitte, adieu Valonne
Adieu ma Comté je te quitte
Et que le ciel me pardonne


 
Adieu Champlitte, adieu Valonne - Billy Fumey


Dans sa chanson aux sonorités irlandaises, Billy évoque Levier, commune du Haut-Doubs. Plusieurs familles y ont fui le mildiou pour migrer vers les USA essentiellement dans le Missouri.

Cet aspect de l'histoire comtoise intéresse le jeune chanteur. "On a eu nous aussi des migrants sur des bateaux. Certains Comtois ont trouvé la mort pendant les traversées ou en arrivant là-bas. Ce fut le cas pour les migrants de Champlitte en Haute-Saône qui fuyaient le philoxéra" ajoute Billy Fumey.


De Valonne, Calmoutier ou Levier vers les États-Unis ; de Bois-d'Amont vers le Canada … l'émigration franc-comtoise en  Amérique du Nord durant le XIXe siècle concerne des centaines de familles, dont les États-Unis d'Amérique constituaient la destination privilégiée. Si l'émigration franc-comtoise ne débute pas au XIXe siècle, c'est pourtant sur la période 1820-1895 que la misère pousse la population au départ. Plus de 3000 personnes ont ainsi traversé l'Atlantique pour une vie meilleure.


Des rives du Rio Nautla
Ou bien des terres de l'Indiana
Des bords du Mississippi
Jusqu'aux berges du Missouri
Après 60 jours sur l'océan
À New York, à la Nouvelle Orléans


D'après les recherches de Billy Fumey, plus de 3000 Comtois ont donc migré vers les Amériques à cette époque. Mais il pense qu'il y en a sans doute plus si l'on compte les enfants des couples de migrants partis vivre aux Amériques. Un hommage est rendu à ces comtois exilés. A Levier, la commune a financé la réalisation d'une fresque sur le bâtiment du comité des fêtes.
 
Une fresque en hommage aux migrants de Levier partis vers les USA. / © Billy Fumey
Une fresque en hommage aux migrants de Levier partis vers les USA. / © Billy Fumey


Billy Fumey repartira l'été 2019 en Ohio. 9 comtés ont accueilli par le passé des émigrants comtois. Il se prête à rêver de jumelage entre Besançon Indiana et Besançon dans le Doubs. Vous ne le saviez peut-être pas, mais il existe bien un Besançon au pays de Donald Trump ! 




 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus