On passe à l'heure d'été ce dimanche 28 mars, et ce ne sera pas le dernier changement d'heure !

Dimanche 28 mars 2021, la France change encore d'heure. Dans sa forme actuelle, cette habitude date de la fin des années 1970. Ces changements d’heure pourraient bientôt n’être qu’un souvenir : de plus en plus de Français réclament leur fin. 

Le dernier changement d'heure doit se faire en 2021, mais cela est plus compliqué dans le réel
Le dernier changement d'heure doit se faire en 2021, mais cela est plus compliqué dans le réel © Pierrick DELOBELLE / maxPPP

Le rituel se répète inlassablement depuis 1976 : tous les ans, en octobre et en mars, nous reculons ou nous avançons nos montres, d’une heure. A l’époque, ces mesures visaient à réduire les dépenses énergétiques. En 2021, ces changements d’heure sont de plus en plus remis en question. Ils sont jugés inutiles mais existent encore, jusqu’à présent. Si vous êtes perdus, France 3 Franche-Comté vous aide à y avoir plus clair.  

via GIPHY

Ces changements d’heure, ils consistent en quoi ?

Sur le territoire européen de la France, le 28 mars est chaque année synonyme de retour à l’heure d’été. Le dernier dimanche de mars, à deux heures, il faut avancer sa montre de 60 minutes. A deux heures, il est en fait trois heures. Inversement, l’heure d’hiver annuelle revient, le dernier dimanche d’octobre. Là, toutes les horloges reculent d’une heure. Résultat : à trois heures, il est de nouveau deux heures.

Depuis combien de temps se font les changements d'heure ?

Le changement d’heure tel que nous le connaissons, date de 1976. Cette année-là, la France et le reste du monde sortent du premier choc pétrolier, en 1973. Le prix du baril de pétrole augmente, dans les pays occidentaux.

Le gouvernement français doit trouver un moyen de réduire les dépenses en énergie. Il faut réduire notamment l’utilisation de l’électricité. En pratique, cela se traduit entre-autres par une incitation à moins utiliser la lumière dans les foyers français, en soirée.

L’idée du changement d’heure fait donc son chemin, au sein du gouvernement. Un décret de 1975 est donc adopté : il instaure une heure d’hiver et une heure d’été. Depuis lors, ces deux cycles cohabitent en France. La situation a déjà existé par le passé.

En France, ces deux heures coexistaient en effet, entre 1916 et la Libération, en 1944. Ces dernières années pourtant, les Français sont moins enclins à accepter cette disposition, qu’ils jugent d’un autre temps.

En 2021, est-ce vraiment la dernière année pour le changement d’heure ?

Malheureusement, ce ne sera pas le cas. Le projet d'abolition du changement d'heure est toujours dans les tuyaux, depuis septembre 2018. Cette année-là, la commission des Transports de l'Union Européenne envisage la fin de ces bascules pour 2019. Or, ce n'est qu'en 2019 que le Parlement Européen adopte à la majorité le projet : le changement d'heure devrait alors se terminer en 2021.

via GIPHY

Dans la foulée, les ministres des Transports des états de l'Union Européenne doivent encore finaliser ce projet, pourtant jugé prioritaire. C'était sans compter sur la crise sanitaire liée à la Covid-19 mais aussi à la crise politique, consécutive au Brexit, en 2020. Le dossier du changement d'heure est donc ajourné. Le changement d'heure est donc en suspens, du côté des institutions européennes

Tout cela alors que cette idée est très attendue par les citoyens européens. En 2018, près de 5 millions d'internautes ont pris part à une consultation internet de l'Union Européenne. 84% d'entre eux (document en anglais) veulent alors abolir ces changements d'heure. Parmi eux, les Français, qui ont aussi eu l'occasion de s'exprimer lors d'une autre consultation virtuelle.

Elle est organisée cette fois par l'Assemblée Nationale. Environ 2 millions de personnes ont pris le temps de répondre à cette votation facultative. Il en ressort tout de même que 83,71% des votants réclament la fin du changement d’heure. Sur ces votants, une majorité d'entre eux veulent d'une heure d'été toute l'année.

Au final, ce dernier dimanche de mars, il ne faudra pas attendre autre chose qu'un enième changement d'heure. En clair : la balle est principalement dans le camp des institutions européennes. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société économie santé