Primaire de droite : qui soutient qui en Bourgogne?

La Bourgogne compte 10 parlementaires Les Républicains. Ils ont déjà presque tous fait leur choix et ont annoncé à qui ils apportent leur soutien. Parmi les 14 candidats déclarés, seuls 4 peuvent compter sur des parlementaires de la région. 

Par Eric Sicaud

Ils sont 14 à espérer pouvoir se présenter à la primaire de la droite et du centre qui doit se tenir les 20 et 27 novembre prochains.
Mais tous ne pourront pas aller au bout.
Pour être candidats, il faut réunir les parrainages de 250 élus (dont 20 parlementaires) répartis dans au moins 30 départements ainsi que de 2500 adhérents du parti.
En Bourgogne, les 5 sénateurs, les 4 députés et le député européen LR ont fait leur choix... ou presque!

Nicolas Sarkozy compte le plus de soutiens parmi les parlementaires

Trois députés et un sénateur de la région voteront pour Nicolas Sarkozy.
Sans surprise, la députée-maire de Sens Marie-Louise Fort a choisi l'ancien président de la République, tout comme son collègue député de l'Yonne et porte-parole de Les Républicains Guillaume Larrivé.
En Côte-d'Or, le député-maire de Beaune Alain Suguenot a déclaré son soutien le 25 août, le jour même de l'annonce officielle de Nicolas Sarkozy à Châteaurenard... où s'est d'ailleurs rendu le sénateur Alain Houpert.
Parmi les autres élus bourguignons, l'ancien chef de l'Etat pourra compter sur le maire de Chalon-sur-Saône Gilles Platret, très actif sur les réseaux sociaux pour afficher sa préférence.






Alain Juppé séduit en Saône-et-Loire

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac recueillera deux suffrages de parlementaires : celui de la sénatrice-maire de Châtenoy-le-Royal Marie Mercier et, bien sûr, celui du député européen Arnaud Danjean, avec qui il a d'ailleurs présenté ses propositions pour lutter contre le terrorisme, à la fin du mois de juillet.






Parmi les autres soutiens d'Alain Juppé : Sébastien Martin, président du Grand Chalon et premier vice-président du Conseil départemental de Saône-et-Loire, Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau-les-Mines et Conseillère régionale, et, en Côte-d'Or, Laurent Bourguignat, conseiller municipal d'opposition à Dijon.

Deux parlementaires de Bourgogne pour François Fillon


François Fillon a lancé la charge contre Nicolas Sarkozy le week-end dernier mais cela fait depuis bien plus longtemps que l'ancien Premier ministre sait pouvoir compter sur le député-maire de Saint-Apollinaire Rémi Delatte et sur le sénateur de l'Yonne Henri de Raincourt.
Tous deux ont signé un texte en sa faveur dès avril 2016, en vantant son "expérience" et son "sens de l'intérêt général".
Un document signé également par l'ancien sénateur et maire de Mâcon Jean-Patrick Courtois.

Un sénateur de Saône-et-Loire pour Bruno Le Maire


Le sénateur Jean-Paul Emorine a fait part de sa préférence pour le député de l'Eure, tout comme le président du Conseil départemental de Saône-et-Loire André Accary et les conseillers régionaux Gérald Gordat (Saône-et-Loire) et Eric Gentis (Yonne). 
L'ancien député et maire de Paray-le-Monial Jean-Marc Nesme a fait le même choix.

Qui pour Jean-François Copé ?


Il était logique de penser que le sénateur de l'Yonne Jean-Baptiste Lemoyne, qui n'a jamais caché sa proximité avec l'ancien président de l'UMP prenne parti pour Jean-François Copé!
Et bien non !. Il dit vouloir garder sa "liberté" vis-à-vis du maire de Meaux... et, donc, pour l'instant, l'élu bourguignon, ancien conseiller de JF Copé, affirme ne soutenir personne. Il veut s'en tenir à "sa ligne d'indépendance" qu'il "cultive depuis 2014".
En revanche, le conseiller municipal d'opposition de Dijon Emmanuel Bichot votera pour Jean-François Copé. 

Un soutien pour NKM


Nathalie Kosciusko-Morizet, de son côté, n'est pas encore sure d'obtenir le nombre de parrainages suffisants pour pouvoir concourrir. Le 26 août, elle indiquait qu'il lui manquait environ 500 signatures d'adhérents.
Elle a néanmoins l'appui de la conseillère régionale et conseillère municipale de Dijon Catherine Vandriesse qui s'explique sur sa page Facebook ce lundi 29 août. Elle estime notamment que "NKM est avant tout une élue locale, issue de territoires difficiles où les problèmes actuels de société sont un quotidien, c'est aussi une femme de conviction qui a su ouvertement donner ses positions même Ministre."





Sur le même sujet

Les + Lus