Protection des chauves-souris : le Conservatoire d'Espaces Naturels de Bourgogne lance un appel aux dons

Le Conservatoire d’Espaces Naturels de Bourgogne lance un appel aux dons sur internet. L’objectif est de récolter de l’argent pour protéger un site de l'Yonne, qui abrite une douzaine d’espèces de chauves-souris.
 
© R. Le Guen / Flickr CC
Les chauves-souris sont des mammifères nocturnes fascinants !

Même si elles ne sont pas aveugles, elles utilisent l’écholocation (émission d’ondes sonores) pour se déplacer dans l’obscurité. Cela leur permet de voler sans se faire repérer par les insectes dont elles se nourrissent.

Leurs jambes étant trop faibles pour leur permettre de tenir debout, ces animaux ont mis au point une technique pour se suspendre la tête en bas sans effort. Les chauves-souris peuvent rester dans cette position pendant de longues périodes, notamment lorsqu’elles hibernent.

On les trouve dans toutes sortes d’endroits : milieux souterrains, crevasses et fissures des parois rocheuses, sous les feuillages, derrière les écorces ou dans les cavités des arbres.


 
Elles sont partout, mais en ce moment, elle dorment ! (couple de petits rhinolophes)
Elles sont partout, mais en ce moment, elle dorment ! (couple de petits rhinolophes) © Ludovic Jouve - Bourgogne Nature


Un appel est lancé au public pour financer la protection d’une cavité à chauve-souris qui se trouve dans l’Yonne.
Ce site abrite jusqu’à 320 individus, toutes espèces comprises. Mais, le nombre d’animaux recensé est très fluctuant. Cela s’explique notamment par le fait que ces chauves-souris sont dérangées à certaines périodes de leur cycle biologique. Des détritus trouvés sur place et des traces de feux témoignent d’allées et venues qui perturbent les petits mammifères.  

 
Protection des chauves-souris : le Conservatoire d'Espaces Naturels de Bourgogne lance un appel aux dons



Le Conservatoire d’Espaces Naturels de Bourgogne veut donc installer"un dispositif de fermeture du site" à l'aide de "grilles métalliques scellées, solides et résistantes au vandalisme". Cela donnerait aux chauves-souris "la tranquillité nécessaire en automne (période de transit où a lieu l'accouplement) et en hiver (durant l'hibernation)".

Les barreaux espacés de 15 cm garantiront le passage des chauves-souris et un système d'ouverture permettra aux équipes du CEN Bourgogne et de la SHNA (Société d’Histoire Naturelle d’Autun) de procéder aux opérations de suivi.

Les dons permettent d’obtenir une déduction fiscale à hauteur de 66 % du montant, rappelle le Conservatoire d'Espaces Naturels de Bourgogne (CEN).






 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux sorties et loisirs nature