Rentrée des classes en Bourgogne Franche-Comté : "on va faire de la haute-couture"

Une rentrée inédite au mois de mai pour faire face à une crise sanitaire inédite... les établissements scolaires de la région vont procéder à un retour à la normale très progressif à partir du 11 mai 2020. Les recteurs d'académie de Dijon et Besançon ont fait le point ce vendredi 8 mai.

© T.Gomes
Du "cousu main"... c'est en substance ainsi que les recteurs des académies de Dijon et Besançon ont défini les préparatifs de la rentrée scolaire liée au début du déconfinement. Nathalie Albert-Moretti et Jean-François Chanet ont même évoqué de la "haute-couture" travaillée de concert avec les maires. Autrement dit, il n'y aura pas d'uniformité pour cette rentrée printanière mais bien une adaptation en fonction des situations locales.

Environ 9 écoles sur 10 devraient rouvrir

Les 8 départements de la région étant classés rouges, seuls les élèves des écoles maternelles et primaires sont donc concernés par ce retour sur les bancs de l'école. Pour les collégiens et les lycéens, il faudra attendre le mois de juin.
Ce sont donc les maires qui sont en première ligne avec l'Education Nationale pour veiller à la sécurité des élèves, "l'élément sanitaire" étant "primordial". La concertation va se poursuivre pendant tout le week-end et même en début de semaine pour aboutir à des solutions.
Mais, d'ores et déjà, selon la rectrice de Dijon, 95% des écoles de Côte-d'Or vont rouvrir, 91% en Saône-et-Loire, dans la Nièvre et dans l'Yonne.
Le recteur de Besançon refuse de son côté de donner des chiffres pour les départements de Franche-Comté, évoquant des "pourparlers" toujours en cours avec les édiles, notamment dans des zones sensibles comme le Territoire de Belfort, proche de l'un des principaux foyers de l'épidémie de Covid-19.
Pour le Doubs, en revanche, l'inspecteur d'Académie Patrice Durand a précisé dans l'après-midi du 8 mai que 80 à 90% des écoles du département seraient en capacité de rouvrir la semaine prochaine. De même, 25 des 27 écoles privées du Doubs accueilleront à nouveau leurs élèves.

Mais il va aussi falloir répondre à l'attente des parents : selon une enquête menée en Bourgogne Franche-Comté, ils sont 40% à envisager le retour de leurs enfants à l'école... et chacun s'attend à ce que ce chiffre augmente de jour en jour, si la crise sanitaire continue de s'améliorer.

Les élèves de GS, CP et CM2 prioritaires

Chaque école va donc se préparer, au cours des deux journées de pré-rentrée, les 11 et 12 mai. Deux journées bien remplies pour réorganiser les classes, avec un maximum de 10 élèves en maternelle et 15 en primaire, et pour envisager les contenus pédagogiques adéquats après cette absence de plus de 9 semaines. 
Et jeudi 14 mai, ce sera donc le retour des enfants eux-mêmes... enfin, pas de tous les enfants. De la haute-couture vous dit-on, car les élèves ne seront pas tous logés à la même enseigne.
D'abord, priorité sera donnée aux classes maternelles Grande Section, aux élèves de maternelles et à ceux de CM2... et parmi eux, resteront prioritaires les enfants des soignants et des personnes qui ont un rôle primordial dans la gestion de la crise sanitaire ainsi que les élèves les plus "décrocheurs" et ceux qui sont en situation de handicap.

Et les autre élèves alors?

Et bien, ils resteront à domicile et continueront à suivre un enseignement dit "distanciel" ou ils pourront aussi être accueillis en "animations de type périscolaire"... mais, là encore, cela dépend du bon vouloir des collectivités territoriales.
Et selon le principe de la "haute-couture", il y a encore une autre possibilité : si l'école est capable d'absorber plus d'élèves dans les conditions établies par le protocole sanitaire, elle pourra accueillir sans problème ces enfants.
Bref, c'est à chacun de tricoter son scénario de reprise et d'en informer les parents d'élèves concernés.
Quant aux enseignants, ils devront aussi réorganiser leurs plannings entre eux pour que certains d'entre eux fassent cours en présentiel dans les écoles pendant que les autres continueront à assurer un enseignement à distance aux enfants restés chez eux.

Très peu de "décrocheurs"

Dans la région, l'Education Nationale affirme qu'elle est restée en contact avec la quasi-totalité des familles depuis le début du confinement. Jean-François CHANET, le recteur académique de la région Bourgogne-Franche-Comté et recteur de l'Académie de Besançon, avance le chiffre de seulement 3% des effectifs avec lesquels le contact a été rompu. Il s'agit principalement d'élèves des zones d'éducation prioritaires, où le contact est déjà plus difficile en temps ordinaire, et d'élèves en CAP.

Et si un cas de Covid-19 est détecté à l'école?

Dans le cas où un élève serait testé positif au coronavirus, le principe de précaution vaudrait immédiatement. Autrement dit, au minimum, la classe de l'élève en question serait automatiquement fermée. Les membres de la classe de l'enfant malade (les autres élèves et le personnel adulte) seraient considérés comme "personnes contacts" et seraient donc placés à l'isolement. Toutes ces personnes seraient alors testées dans une période maximale de 7 jours.

Enfin, à noter que le ramassage scolaire aura lieu quasiment normalement pour ce retour à l'école : en Bourgogne Franche-Comté, seuls 15 circuits sur 1550 ne pourront pas reprendre le 14 mai.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société éducation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter