Centre hospitalier de Chalon : un rassemblement pour défendre le service cardiologie

Publié le Mis à jour le
Écrit par F.L.

Ce vendredi 23 juin, les employés de l'hôpital William Morey à Chalon-sur-Saône, et les personnels soignants de l'Unité de Soins Intensifs de Cardiologie se sont rassemblés pour obtenir une unité de coronarographie, afin de maintenir l'attractivité du service cardiologie, et éviter sa fermeture.

Une réunion publique avec beaucoup d'invités

La mobilisation était de mise aujourd'hui à la mi-journée dans le hall d'accueil de l'hôpital de Chalon-sur-Saône : des patients signataires de la pétition, des personnels de l'hôpital et des élus locaux étaient présents.



Une menace sur le service de Soins Intensifs de Cardiologie (USIC)

L'équipe soignante du service s'inquiète du refus de l'Agence Régionale de Santé de ne pas vouloir doter l'hôpital William Morey de Chalon-sur-Saône d'une unité de coronarographie.

Dans une lettre ouverte, les praticiens rappellent que : 

"Depuis plus de 12 ans, nous prenons en charge des patients cardiaques en phase aigüe : infarctus du myocarde, embolie pulmonaire, insuffisance cardiaque, troubles du rythme cardiaque (implantation de pacemakers), etc."



Le délai de prise en charge et les transports au coeur de la demande

Les praticiens mettent en avant le fait que le délai de prise en charge est un paramètre essentiel pour l'examen des patients, mais aussi le délai d'acheminement vers une unité de coronarographie :

"Dans le cas de l’infarctus du myocarde, le délai de prise en charge à partir de l’apparition des premières douleurs ne doit pas excéder 90 minutes pour la réalisation d’une coronarographie (radiographie des artères du coeur), examen vital et incontournable de nos jours."



Dijon et Mâcon sont équipés, pas Chalon

Ce que les praticiens dénoncent, c'est aussi tout le parcours effectué actuellement par des patients chalonnais à traiter en urgence pour des examens cardiaques :



Domicile → SAMU → Admission au Service des urgences → Hospitalisation à l’USIC de Chalon → Transfert SAMU → Admission en service de Soins Intensifs de Dijon ou de Mâcon → Examen en salle de coronarographie → Hospitalisation en service de Cardiologie de Dijon ou Mâcon → Mutation retour en service de Cardiologie de Chalon

SOIT 3 TRANSPORTS, 2 LIEUX GEOGRAPHIQUES, 8 EQUIPES DIFFERENTES



L'installation d'une unité d'angioplastie-coronarographie à Chalon permettrait de réduire le parcours de façon drastique :

Domicile → SAMU → Examen en salle de coronarographie → Hospitalisation à l’USIC → Mutation en service de Cardiologie

SOIT 1 SEUL TRANSPORT, 1 LIEU UNIQUE, 4 EQUIPES DIFFERENTES




Les praticiens mettent aussi en avant que cette unité profiterait à un bassin de population de 350 000 habitants du Territoire Nord Saône et Loire/Bresse/Morvan (Autun, Chalon, Le Creusot, Louhans, Montceau).

Selon les praticiens du service USIC, "la moyenne nationale est un service de coronarographie pour 320 000 habitants."



Menace sur le service cardiologie, mais aussi sur les autres services

Selon les praticiens du service, "l’absence de salle de coronarographie réduit l’attractivité pour le maintien et le recrutement de cardiologues qui préfèrent travailler en présence d’un plateau technique performant afin d’offrir les meilleurs traitements à leurs patients et jouer pleinement leur rôle de soignant.

La fermeture de l’USIC aurait des répercussions sur toutes les autres spécialités, notamment les Urgences, la Réanimation, le SAMU, la Neurologie.

Il se trouve que notre service est centre de référence départemental de la prise en charge des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) car c’est aussi l’Unité de Soins Intensifs Neuro-vasculaires (USINV). Cette dernière serait fortement impactée et verrait également sa fermeture à moyen terme avec des conséquences sur la prise en charge des patients neurologiques."




Une pétition a été déposée en ligne : Change.org : Pour une coronarographie à Chalon

Les syndicats CGT-santé et action sociale et FO-santé vont déposer au Conseil de Surveillance ce vendredi 23 juin les pétitions "papier", si l'ARS est présente ce vendredi 23 juin.



Retour sur une décision de l'Agence Régionale de Santé

Pour la CGT-Santé : "l'Agence Régionale de Santé, bras armé du Ministère de la santé, par souci d'économie, revient en arrière pour répondre au besoin de santé des Chalonnais et Chalonnaise."

En effet, l'ARS avait accordé l'année dernière une autorisation exceptionnelle d'installation d'une telle unité : en juillet 2016, l’ARS a reconnu le besoin exceptionnel d’un service de coronarographie au Centre hospitalier de Chalon-sur-Saône.

Mais, selon les praticiens de l'USIC de l'hôpital William Morey : "les Centres Hospitaliers de Mâcon et de Dijon s’opposent farouchement à son projet d’ouverture et espèrent bien influencer la décision du Directeur de l’ARS.

Ce refus poserait un vrai problème de santé publique et compromettrait l’égalité des chances dans la prise en charge de l’infarctus du myocarde pour les patients de notre territoire"


L'arrêté de l'ARS a été immédiatement attaqué par le CHU de Dijon. Le cardiologue Yves Cottin, président de la commission médicale du CHU de Dijon, n'a pas souhaité répondre aux questions de France 3 Bourgogne sur ce sujet.



Les élus montent au crénau

Gilles Platret, maire LR de Chalon-sur-Sâone, et aussi président du conseil de surveillance de l'hôpital de Chalon, a décidé de contester la décision de l'ARS au Tribunal Administratif.

De plus, le Ministère de la Santé serait appelé à faire un arbitrage sur situation.



Le reportage de Michel Gillot et Gabriel Talon

Intervenants
:
  • Olivier Olbrecht, Directeur adjoint de l'Agence Régionale de Santé
  • Docteur Arnaud Dellinger, Président de la Commission Médicale de l'hôpital de Chalon
Il y a trois jours (20 juin), l'Agence Régionale de Santé faisait connaître son refus de l'ouverture d'un service de coronarographie-angioplastie à l'hôpital de Chalon, un an après avoir pourtant reconnu le besoin de ce service. La réponse de l'hôpital de Chalon n' a pas tardé avec la tenue aujourd'hui d'une réunion publique dans le hall d'accueil de l'hôpital. ©France 3 Bourgogne




Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité