• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Chalon-sur-Saône (71) : l'ancien hôtel devenu centre d'hébergement accueille ses premiers résidents

L'ancien hôtel F1 de la Thalie à Chalon-sur-Saône
L'ancien hôtel F1 de la Thalie à Chalon-sur-Saône

A Chalon-sur-Saône, l'ancien hôtel Formule 1 est devenu une résidence pour les demandeurs d'asile et les sans-abris. Vingt résidents sont arrivés mardi 25 juillet. A terme, ils seront 82. Le maire Gilles Platret, a aussitôt réagi.

Par C.R.

A Chalon, l'un des 62 hôtels aménagés

L'ancien hôtel Formule 1 de la ZAC de la Thalie au nord de Chalon-sur-Saône est désormais un centre d'hébergement de 82 places. Comme 62 autres établissements de la chaîne, il a été cédé en mars par Accor à la SNI, filiale immobilière de la Caisse des Dépôts, après appel d'offres du ministère du logement. Il fera l'objet de travaux d'aménagement (cuisine, bureau, espace commun...) et sera géré par Adoma, (ex-Sonacotra), société spécialisée dans l'asile et l'insertion par le logement. 

Vingt personnes s'y sont installées mardi 25 juillet, dans le cadre du programme d'accueil et d'hébergement des demandeurs d'asile. Mais les 62 centres recevront aussi des sans-abri. Pour Adoma, l'objectif est de proposer mieux que ce qui existait jusqu'alors, un accueil a minima et des hôtels de plus ou moins bonne qualité, tout en répondant à la demande de l'Etat.

Ecoutez Jean-Paul Clément, directeur général d'Adoma
Interview Jean-Paul Clément
Directeur général d'Adoma


7000 places qui ne suffiront pas

Chez Adoma, 1 100 employés s'occupent actuellement de l'accompagnement des personnes hébergées, 300 vont être recrutées pour faire face aux besoins. A Chalon, elles seront quatre pour accompagner les 82 résidents.
Plus de 7000 places seront créées en France, mais elles ne devraient pas suffire.
 

Gilles Platret demande la fermeture du centre

Dans un communiqué, le maire (LR) de Chalon, Gilles Platret, a vivement réagi à cette ouverture : il "met en demeure ADOMA de fermer séance tenante son centre d'accueil pour demandeurs d'asile de Chalon. En effet, le nouvel usage qu'ADOMA a cru pouvoir adopter pour ces locaux et les travaux d’aménagement que l'association a projeté de réaliser sur le bâtiment, sont soumis à un régime d’autorisation préalable, au titre de la règlementation d’urbanisme et des dispositions relatives à la sécurité et l’accessibilité des établissements recevant du public.

Or, à ce jour, aucune demande n’a été enregistrée pour le changement de destination des locaux à usage d’hôtellerie vers de l’habitation. De surcroît, l'association a débuté le service d’accueil sans avis préalable des commissions de sécurité et d’accessibilité en charge de vérifier le respect de la règlementation des conditions d’accueil du public. Qui plus est, le site est situé dans une zone inondable particulièrement vulnérable, qui impose à toute nouvelle affectation des locaux de respecter un seuil minimum de planchers qui est de 178, 03m NGF, ce qui n'est pas le cas.

Enfin, les dispositions règlementaires du Plan Local d’Urbanisme en vigueur interdisent expressément la création d’immeubles à usage unique d’habitation n’ayant pas de lien direct avec l’activité commerciale exercée dans la zone. 
Compte tenu de l'ensemble de ces constatations, le maire de Chalon a donc enjoint ADOMA de fermer immédiatement son centre d'accueil."

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus