Couvre-feu à 18h : à Chalon-sur-Saône, les commerçants se réorganisent

Ils avaient beau s'y attendre, les commerçants de Saône-et-Loire, comme de 14 autres départements, subissent une nouvelle douche froide avec le couvre-feu avancé à 18h depuis ce samedi 2 janvier. Pour limiter les pertes, certains se réorganisent. Nous sommes allés à leur rencontre à Chalon. 

Ce caviste de Chalon-sur-Saône a réaménagé ses horaires et reste désormais ouvert entre 12h et 14h.
Ce caviste de Chalon-sur-Saône a réaménagé ses horaires et reste désormais ouvert entre 12h et 14h. © Romain Liboz / France Télévisions

Michaël Philippon, caviste à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), affiche de nouveaux horaires sur la porte de son commerce. Il ne ferme plus à 19h30 en raison du couvre-feu qui débute à 18h depuis ce samedi 2 janvier. Comme d'autres commerces voisins, il a fait le choix d'une ouverture en continu même sur la pause déjeuner, histoire de ne pas rater trop de ventes.

"Ça me dérange plus que ça ne m'inquiète, confie-t-il. Après, je ne suis pas virologue. Si en effet c'est utile, pourquoi pas. Souhaitons que ça ne dure pas trop longtemps, mais il faut s'adapter. Depuis toute cette année, on a su s'adapter, nos clients nous ont suivis et ont répondu présent. On les remercie et on compte sur eux."

Jérôme Dupuit, également installé dans le centre-ville, s'interroge encore sur la meilleure façon de s'adapter. En semaine, le créneau de 17h à 19h représente 30 à 40% de son chiffre d'affaires. C'est le moment où sa boutique de chaussures est pleine de clients.

Le commerçant cherche encore la parade pour les récupérer. "S'ils ne viennent pas les soirs de la semaine, ils vont venir le mercredi s'ils sont à la maison le mercredi pour les enfants, explique-t-il. Je pense que ce sera très concentré sur le samedi. On commencera plus tôt le samedi à mon avis, non-stop comme aujourd'hui. Éventuellement une ouverture un dimanche matin peut-être. Les parents qui n'auraient pas le temps de venir la semaine viendraient nous voir un dimanche matin pour chausser les enfants."

 

La vente à emporter des restaurants compliquée

Les restaurateurs qui avaient misé sur le click and collect sont les autres grands perdants. New Sushi pensait avoir trouvé la parade en ne pratiquant que la vente à emporter. Le restaurant de spécialités japonaises est rattrapé à son tour par la crise sanitaire.

"Le plus grand rush, c'est de 18h jusqu'à 19h30. Donc là, on n'aura plus cette heure là. À 18h, au final personne ne sait ce qu'on mange […] On vient à peine d'ouvrir. Cela fait deux semaines quasiment qu'on est ouvert et puis on doit encore s'adapter. Ça nous inquiète un peu oui", témoigne le manager Joseph Nguyen.

Pour les commerçants de Chalon-sur-Saône, le répit des fêtes est bel et bien passé. Cette nouvelle année avec son couvre-feu avancé à 18h apporte une fois de plus son lot d'incertitudes et de craintes.

 

 

15 départements concernés

Ce nouveau couvre-feu avancé à 18 heures concerne quinze départements de l'est de la France. Il s'agit des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, des Ardennes, du Doubs, du Jura, de la Marne, de la Haute-Marne, de la Meurthe-et-Moselle, de la Meuse, de la Nièvre, de la Haute-Saône, de la Saône-et-Loire, des Vosges, du Territoire de Belfort et de la Moselle.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société consommation économie