• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

“Gilets jaunes” : plus de 500 personnes à Chalon-sur-Saône pour dire non au grand débat

Plus de 500 "gilets jaunes" ont manifesté ce samedi 16 février à Chalon-sur-Saône. / © Rodolphe Augier / France 3 Bourgogne
Plus de 500 "gilets jaunes" ont manifesté ce samedi 16 février à Chalon-sur-Saône. / © Rodolphe Augier / France 3 Bourgogne

Plus de 500 personnes ont défilé dans les rues de Chalon-sur-Saône. Si les "gilets jaunes" continuent à se mobiliser, c'est parce qu'ils ne croient pas au grand débat organisé par le gouvernement.

Par M. F.

Dans les rangs des manifestants à Chalon-sur-Saône, beaucoup sont là depuis le début du mouvement il y a trois mois. Et s'ils continuent à se mobiliser ce samedi 16 février, c'est parce qu'ils estiment ne pas être compris. Le grand débat national du gouvernement, ils ne veulent pas en entendre parler.

"Très franchement, le grand débat organisé par Emmanuel Macron, c'est sa campagne électorale pour les européennes, indique un manifestant. Ce n'est pas ça la réponse qu'on attend d'un président de la République. "À partir du moment où on choisit ceux qui peuvent participer au débat, et où bizarrement on évite les 'gilets jaunes' d'ailleurs, pour moi ce n'est plus un débat", ajoute une autre.
 
"Gilets jaunes" : plus de 500 personnes à Chalon-sur-Saône pour dire non au grand débat
Plus de 500 personnes ont défilé dans les rues de Chalon-sur-Saône. Si les "gilets jaunes" continuent à se mobiliser, c'est parce qu'ils ne croient pas au grand débat organisé par le gouvernement. - France 3 Bourgogne - Marie Jolly, Rodolphe Augier, Cécilia Ngoc

 

Des syndicats en soutien

Ils préfèrent débattre entre eux au cours de différentes réunions, car d'après eux c'est là qu'ils abordent les vraies problématiques. À leurs côtés pour défendre ces revendications, plusieurs syndicats se sont joints au mouvement. "Le but ce n'est pas de récupérer le mouvement. Il est autonome dans ses revendications, dans sa façon d'agir. Mais on pense qu'on peut l'appuyer. Et si on peut aller vers la convergence, ce ne sera que mieux", explique Pascal Poyen, secrétaire départemental Sud Solidaires en Saône-et-Loire.

Ici, beaucoup assurent vouloir se mobiliser encore dans les semaines à venirs, et cela quelque soit l'issue du grand débat national.
 
© Rodolphe Augier / France 3 Bourgogne
© Rodolphe Augier / France 3 Bourgogne

A lire aussi

Sur le même sujet

Aéromodelisme : des hélicoptères plus vrais que nature

Les + Lus