"On peut mettre en images notre région" : trois questions à Jean-Pascal Lebrat, éditeur de BD sur l'histoire de la Bourgogne

L'image pour raconter d'une autre manière l'histoire de la Bourgogne. Jean-Pascal Lebrat, président de l'association Bulles de Bourgogne, était présent ce 24 mars au sein du salon du livre jeunesse de Châlon-sur-Saône. Nous l'avons interrogé sur l'intérêt de la BD pour transmettre l'histoire régionale.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le château de Montaigu, la Saône ou encore Léocadie, du nom de la résistante polonaise qui a participé à la libération de Givry, en Saône-et-Loire. L'association Bulles de Bourgogne, basée à Châlon-sur-Saône, a auto-édité six BD qui permettent de découvrir différentes histoires de la Bourgognne. Elle était ce week-end au huitième salon du livre jeunesse de Châlon-sur-Saône. L'évènement s'est tenu du vendredi 22 mars au dimanche 24 mars au parc des expositions. 

Trois questions à Jean-Pascal Lebrat, président de l'association Bulles de Bourgogne, alias Filibust de son nom de scénariste.

France 3 Bourgogne : Pourquoi mettre en avant la Bourgogne ? 

Jean-Pascal Lebrat : D'abord parce que l'association est de Chalon. La BD est un magnifique média pour mettre en images des récits qui s'ancrent dans notre patrimoine. Le but n’est pas seulement d’éditer des BD, c’est d'abord de faire découvrir aux habitants, aux gens locaux, notre région avec un angle un peu différent que celui des classiques livres d'histoire.  

Il y a des sujets qui sont oubliés. Par exemple, le château de Montaigu. Ce sont des ruines, mais ça a été une grosse puissance dans la région. C'est une ouverture. La Saône a permis un développement économique. On a montré aux enfants que la Saône redevient un acteur important de la ville. Cela permet de les faire lire et réfléchir. 

Pourquoi la BD ? 

J-P. L. : On peut mettre en images notre région, la faire revivre. Il y a l'imaginaire, ça crée un univers. Chaque fois, c'est 10 pages, ça se lit très vite. C’est aussi une ouverture sur des choses que les habitants, les Chalonnais, ne connaissent pas nécessairement. On a aussi des gens de l'extérieur qui nous lisent. C'est intéressant de faire découvrir notre région à d'autres personnes que les gens locaux, qui sont très intéressés par la BD. 

La Bourgogne est-elle inspirante pour la BD ?

J-P. L. : Toute région a son histoire, mais la Bourgogne est particulièrement riche de personnages, de lieux, d'évènements. On sort une BD par an. C'est lourd, c'est une grosse entreprise que d'éditer une BD. On n'a pas fini, on est au sixième numéro, et les histoires vont s'enchaîner. On est même sollicités par des personnes de la région qui souhaiteraient mettre en valeur une personne ou une histoire. 

Interview réalisée par Éloïse Gerenton