Inondations : en Saône-et-Loire, des agriculteurs “vigilants mais peu inquiets”

Suite aux fortes intempéries ces derniers jours, la Saône-et-Loire est sousles eaux mercredi 10 janvier. De nombreuses plaines agricoles sont ainsi totalement submergées. Pour autant, les agriculteurs du département ne sont pas inquiets. La situation n'a rien d'inédit. 

Par C.C

La Saône-et-Loire était placée en vigilance orange aux inondations mardi 9 et mercredi 10 janvier 2018 suite à de fortes intempéries et à une forte montée des niveaux de la Saône. Les images étaient impressionnantes : les plaines du département étaient sous les eaux. 

Pour les agriculteurs du secteur, il fallait donc être alertes même si la situation n'était pas vraiment inquiétante. A cette période, peu de cultures risquent d'être endommagées et les bêtes avaient encore les pattes au sec. 

"On vient surveiller toutes les deux heures si les animaux n'ont pas peur de la crue. C'est impressionnant mais l'eau est encore assez loin,", explique Cyril Fleury, agriculteur. 


Inondations : en Saône-et-Loire, des agriculteurs "vigilants mais peu inquiets"

"On a pu anticiper"


En revanche, 100 ha de ses terres d'exploitation sont sous l'eau.  "Sur les 100 hectares, 90 ha c'est du prés et les 10 autres normalement labourés. Mais ce sont des terres qu'on pourra tout de même semer l'année prochaine", ajoute l'agriculteur, optimiste.

Quinze kilomètres plus loin, les alentours de la ferme de Nicolas Michaud offre le même paysage : ses 85 vaches laitières sont bien à l'abri mais leurs pâtures se sont transformées en lac. Pour l'agriculteur, cela n'a rien d'inédit. Cela arrive presque tous les ans.

"C'est une crue normale pour la saison. Pour l'instant, il n'y a rien d'alarmant", explique Nicolas Michaud. "Les précipitations et les chutes de neige étaient importantes et on a pu anticiper."

Nicolas Michaud redoute bien davantage les crues qui surviennent au printemps. Ces dernières sont plus fréquentes et peuvent avoir des conséquences dramatiques sur les récoltes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne-Franche-Comté : Parcoursup fait le pari de 0 bachelier sans admission

Les + Lus