La maternité d'Autun condamnée ? L'ARS va demander la suspension définitive des activités

L'ARS Bourgogne-Franche-Comté va demander la fermeture définitive de la maternité d'Autun (Saône-et-Loire). L'établissement, suspendu depuis le 16 décembre, n'est pas parvenu à pallier son absence de pédiatres en temps voulu.

Elle semble condamnée. Ce mardi 31 janvier, l'Agence régionale de santé (ARS) annoncé son intention de fermer définitivement la maternité d'Autun (Saône-et-Loire). Les activités de celle-ci étaient déjà suspendues provisoirement depuis le 16 décembre dernier, en raison d'un manque de personnel, notamment de pédiatres. L'établissement disposait d'un mois pour régler la situation.

"En l'absence de pédiatre du 23 au 27 janvier 2023, l'activité est restée suspendue, l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté renvoyant sa décision à l'examen attentif des plannings actualisés des professionnels de santé pour les prochaines semaines", a précisé l'autorité sanitaire dans un communiqué de presse. "Ces plannings prévisionnels [...] ont été transmis par l'hôpital. Leur analyse approfondie présente de nombreuses ruptures de la permanence et de la continuité des soins."

Malgré des efforts constants de la part de l'hôpital pour recruter, ainsi que des personnels de l'établissement, ces difficultés récurrentes compromettent la qualité et la sécurité de l'offre de soins que sont en droit d'attendre les habitants du territoire.

L'ARS Bourgogne-Franche-Comté,

dans un communiqué de presse, mardi 31 janvier

En conséquence, le directeur de l'ARS, Jean-Jacques Coiplet, va proposer la fermeture définitive de la maternité à la commission spécialisée de l'organisation des soins (CSOS). Celle-ci doit se réunir "dans les prochains jours".

"Ça nous écœure"

Pour les représentants de la CGT au sein de l'établissement, l'annonce n'est pas une surprise. "On s'y attendait", assure le syndicat. Les syndicalistes mettent notamment en cause la direction de l'hôpital, qui, selon eux, avait une réelle volonté de fermer la maternité. "Depuis mars-avril, il y a une réelle volonté d'aller dans ce sens. On regrette vraiment le manque de franchise de la part de la direction. Ça nous écœure au-delà des clivages politiques et de la mobilisation sociale."

Pourquoi certains usagers - tant mieux pour eux - ont un accès à tous les soins, et d'autres non ? Ça ne fait que renforcer les inégalités territoriales.

La CGT du centre hospitalier d'Autun

Les syndicalistes réfléchissent d'ores et déjà aux recours possibles. Une pétition et un appel à la mobilisation populaire sont pour l'heure évoqués. De son côté, le maire d'Autun Vincent Chauvet doit rencontrer le directeur de l'ARS en milieu de journée. Il a pour l'heure décliné tout commentaire.

Dans l'attente d'une décision, la prise en charge des femmes enceintes toujours assurée

Malgré la suspension temporaire des activités, une continuité de soins était toujours assurée. La prise en charge des femmes dans le besoin va donc se poursuivre jusqu'à ce qu'une décision soit actée.

Concrètement, des consultations prénatales, gynécologiques, pédiatriques ainsi que des cours de préparation à la naissance et des consultations d'urgence en journée sont toujours dispensés. Des IVG médicamenteuses ou chirurgicales sont également toujours réalisables sur le site.

Plus d'informations à venir.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité