RCEA : une cinquantaine d'engins de chantier bloquent une voie de circulation à Saint-Rémy

Les véhicules bloquent une des voies de la RCEA entre Saint-Rémy et Montchanin. / © Fanny Borius / France 3 Bourgogne
Les véhicules bloquent une des voies de la RCEA entre Saint-Rémy et Montchanin. / © Fanny Borius / France 3 Bourgogne

Une voie de circulation de la RCEA entre Saint-Rémy et Montchanin est bloquée par des manifestants ce mardi matin. Ils protestent contre la fin du taux réduit sur la taxe sur le gazole non routier.

Par M. F. avec Fanny Borius

Cinquante véhicules de travaux publics bloquent ce mardi 23 octobre 2018 une voie de la RCEA à Saint-Rémy en direction du Creusot, en Saône-et-Loire. À 8 heures, les manifestants distribuaient des tracts au rond point de Cortelin, avant de débuter leur opération escargot sur la voie de droite de la RCEA, l'autre étant toujours ouverte à la circulation.

Une distribution de tracts est ensuite prévue au rond point Jeanne Rose à Montchanin. L’opération doit s'achever vers 12h. Une opération du même type est en cours à Besançon au rond-point d'Ecole Valentin. Les manifestants protestent contre la fin du taux réduit sur la taxe sur le gazole non routier.
 
RCEA : une cinquantaine d'engins de chantier bloquent une voie de circulation à Saint-Rémy
Une voie de circulation de la RCEA entre Saint-Rémy et Montchanin est bloquée par des manifestants ce mardi matin. Ils protestent contre la fin du taux réduit sur la taxe sur le gazole non routier. - France 3 Bourgogne - Fanny Borius, Anthony Borlot, Carlos Zappalá

Jusqu'à présent, le gazole non routier (GNR), c'est-à-dire celui utilisé par les engins de chantier (bulldozers,excavatrices, décapeuses, etc.) bénéficiait du taux réduit de taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE).

Désormais, le taux réduit disparaît ce qui pourrait représenter une augmentation de cinquante centimes par litre. Chaque engin de chantier consomme plusieurs centaines de litres de carburant par jour.

La mesure est prévue dans la loi de finances 2019, elle pourrait rapporter 500 millions d'euros à l'échelle nationale. Mais selon la fédération professionnelle des Travaux Publics, cela risque de déstabiliser les entreprises les plus fragiles.
 
© Fanny Borius / France 3 Bourgogne
© Fanny Borius / France 3 Bourgogne

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales : François Rebsamen annoncera sa candidature à sa propre succession après Noël

Les + Lus