Mâcon : le Vélobus, un ramassage scolaire innovant

Le Vélobus fonctionne comme une ligne de bus avec un itinéraire, des arrêts et des horaires.
Le Vélobus fonctionne comme une ligne de bus avec un itinéraire, des arrêts et des horaires.

L’association Mâcon Vélo en ville expérimente le Vélobus. Ce ramassage scolaire à vélo est encadré par des bénévoles ou des parents. Le dispositif fonctionne comme une ligne de bus avec un itinéraire, des arrêts et des horaires.
 

Par B.L.


L’association Mâcon Vélo en ville milite pour les déplacements à vélo en milieu urbain, pour aller au travail, à l’école, pour faire ses courses.

"Rouler à vélo en ville n’est pas dangereux, 8 fois moins qu’à moto ou scooter. C’est aussi un des plus sûrs moyens d’avoir sa dose quotidienne d’activité physique… et de s’offrir ainsi une garantie santé", expliquent les responsables de l’association mâconnaise.

Le vélo possède aussi d’autres atouts de taille : c’est le moyen de transport le plus rapide en ville, il contribue à réduire la pollution atmosphérique et le bruit. De plus, rouler à vélo ne coûte pas très cher.

Malgré tous ces arguments, le vélo peine à s’imposer en ville.
"Dans les années 1970, 10% des Français utilisaient le vélo. Aujourd'hui, on est moins de 3%. Il faut que les petits Français, les jeunes générations retrouvent ce goût de l'effort et le communiquent aux grands", explique Rida Ben Salah, membre de l’association Mâcon Vélo en ville.


 
Le Vélobus est un système de ramassage scolaire à vélo, encadré par des bénévoles ou des parents.
Le Vélobus est un système de ramassage scolaire à vélo, encadré par des bénévoles ou des parents.

 

"Ce sont surtout les parents qui sont réticents"


C’est pourquoi depuis le mois d'octobre 2019, Mâcon Vélo en ville expérimente le Vélobus, qui fonctionne comme une ligne de bus avec des arrêts et des horaires. Ce système d’entraide entre parents bénévoles évite de prendre la voiture : les enfants pédalent sur le chemin de l’école en étant accompagnés par un adulte.

Si le Vélobus donne aux jeunes le goût de l'effort, il crée aussi du lien social... Abel Chalopin, 9 ans, est un habitué du Vélobus : "ça fait du sport pour le matin et ça réveille vachement", dit-il. Il roule à côté d’Oscar Dupuis, 9 ans lui aussi, qui explique que comme ça "on ne pollue pas la planète" et qu’en plus il retrouve ses copains "pour faire du vélo tous ensemble".

On s’aperçoit que "ce sont surtout les parents qui sont réticents dès qu'il y a un petit peu de pluie, dès qu'il y a un petit peu de fraîcheur, un peu de froid alors qu'il ne faudrait pas", dit Rida Ben Salah. "C'est justement ces clichés là que l'on voudrait casser au sein de l'association,  pour expliquer aux parents que ce n'est pas parce qu'il pleut qu'on peut pas circuler à vélo."

Cette expérimentation est menée avec une école du centre-ville de Mâcon. L'association espère pouvoir étendre cette action à toutes les autres écoles.


 

Reportage de Romy Ho-A-Chuck, Anthony Borlot et Carlos Zappalá avec :
-Abel Chalopin, 9 ans
-Rida Ben Salah, bénévole de l'association Mâcon Vélo en ville
- Madeleine Jeandeau, Mamie de Noam
- Oscar Dupuis, 9 ans

Les 10 règles d’or du Vélobus

1) Déposer son cartable dans la remorque/ ne pas oublier de le reprendre à l’école ou en arrivant à l’arrêt.
2) Ne jamais doubler personne.
3) Garder une distance de sécurité.
4) Attention aux poteaux séparateurs, aux nids de poule et aux bordures de pistes cyclables.
5) Ne pas rouler trop près du trottoir (nids de poule, plaques d’égout, cailloux..)
6) Ne pas rouler trop près des  voitures  garées (ouverture de portière intempestive…)
7) Rouler calmement  (ce n’est pas une course).
8) Rester concentré (éviter de  se retourner pour ne pas perdre l’équilibre).
9) Respecter le code de la route (Ex : rouler au pas dans les rues piétonnes).
10) Ecouter les indications des accompagnateurs.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus