"On a fait un tiers d'économies" : face à la crise énergétique, le succès du chauffage d'appoint

Fioul, gaz, chauffage électrique : face à la flambée des prix, de nombreux particuliers se tournent vers le chauffage d'appoint. Exemple à Mâcon, en Saône-et-Loire.

Dans sa maison de Mâcon, Alexie, mère de famille, monte un petit radiateur soufflant dans la chambre de son fils. Comme beaucoup de Français, elle s'inquiète pour sa facture d'énergie. Alors cet hiver, elle tente de limiter sa consommation grâce à un chauffage d'appoint, qu'elle installe là où elle veut et qu'elle allume uniquement le temps nécessaire.

Le chauffage d'appoint pour remplacer le fioul

"Comme ces pièces sont excentrées du poêle à bois, on met ces petits radiateurs dans la salle de bains du bas ou la chambre des petits, pour qu'ils aient au moins une source de chaleur et éviter qu'il ne fasse trop froid."

Grâce à cette solution, la Mâconnaise est certaine d'avoir déjà préservé une partie de ses finances. "En se chauffant uniquement avec les radiateurs d'appoint et le poêle à bois, on a fait à peu près un tiers d'économies par rapport aux années précédentes. L'an dernier, on avait dû acheter du fioul."

60% de ventes supplémentaires dans les magasins

Comme Alexie, beaucoup de ménages se sont équipés ces derniers mois. Les magasins spécialisés de la région sont submergés de demandes. Chez Brico-Dépôt Mâcon, les ventes de chauffage d'appoint ont augmenté de 60% par rapport à 2021. 

Dans les rayons, les clients confirment. "J'ai choisi un modèle soufflant pour donner un petit coup de chaleur en plus le soir", explique un homme. "Moi, je trouve que la technologie de poêle à granules ou de pompe à chaleur, c'est bien beau mais ce n'est pas efficace. Donc je rajoute du chauffage d'appoint dans la chambre de mes enfants", nous confie une autre cliente.

Comment s'y retrouver ?

Radiateurs convecteurs, soufflants ou poêles à pétrole : au total, il existe plus d'une vingtaine de références pour des prix allant d'une dizaine d'euros à plus de 150. Comment s'y retrouver ? "La partie la plus importante, c'est la superficie de la pièce", explique Thomas Vray, chef de secteur technique chez Brico-Dépôt Mâcon. "Pour chauffer efficacement, il faut 100 watts au m² si l'on a 2,5 mètres de hauteur sous plafond - la hauteur standard -, et il faut que les murs soient isolés correctement."

Pour l'instant, la demande est forte mais les magasins n'ont pas de mal à s'approvisionner. Pas de crainte donc d'une pénurie de chauffages d'appoint.

durée de la vidéo : 00h01mn54s
Fioul, gaz, chauffage électrique : face à la flambée des prix, de nombreux particuliers se tournent vers le chauffage d'appoint. Exemple à Mâcon, en Saône-et-Loire. ©Florence Donjon / Valentin Casanova