Saône-et-Loire : le meurtrier présumé d'Anne-Sophie Girollet sera jugé en 2016

Anne Sophie Girollet
Anne Sophie Girollet

Le meurtrier présumé d'Anne-Sophie Girollet, une étudiante de 20 ans tuée en 2005 à Mâcon, sera jugé aux assises l'an prochain.

Par M. Ba avec AFP

Anne-Sophie Girollet, étudiante en médecine à Lyon, avait disparu dans la soirée du 19 mars 2005 après avoir participé à un gala de danse à Mâcon. Le corps de la jeune fille avait été retrouvé le 2 avril, flottant dans la Saône près d'un pont de Mâcon. L'autopsie a révélé qu'elle était morte par suffocation. Sa voiture avait également été retrouvée immergée dans la rivière, trois jours après sa disparition.

Une enquête relancée grâce à l'ADN en 2012

Pendant plusieurs années, l'enquête avait piétiné jusqu'à ce qu'en 2012, grâce aux progrès de la science, des traces partielles d'ADN retrouvées sur la voiture de la victime avaient permis de conduire les enquêteurs jusqu'à un suspect, Jacky Martin. Le quinquagénaire, inscrit au fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) après plusieurs condamnations pour vols, recel de véhicules et violences, avait été interpellé puis mis en examen pour "enlèvement, séquestration et homicide volontaire". Placé depuis en détention provisoire, l'homme nie être l'auteur de ce meurtre.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus