Saône-et-Loire : pourquoi des agriculteurs ont-ils manifesté à Mâcon ?

Des agriculteurs de la FDSEA et des JA de Saône-et-Loire devant la Maison de l’Agriculture à Mâcon mercredi 19 avril 2017. / © Damien Boutillet
Des agriculteurs de la FDSEA et des JA de Saône-et-Loire devant la Maison de l’Agriculture à Mâcon mercredi 19 avril 2017. / © Damien Boutillet

Ils se sont retrouvés à l’appel de la FDSEA et des JA de Saône-et-Loire devant la Maison de l’Agriculture à Mâcon mercredi 19 avril 2017. Ils dénoncent notamment le recul du prix du lait et la gestion de la PAC (politique agricole commune).

Par B.L.


Les adhérents de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles) et des JA (Jeunes Agriculteurs) ont le moral en berne. "Nous voulons vivre de notre métier !", sont-ils venus rappeler dans un contexte d'appauvrissement de la profession.

Selon des chiffres de 2016 :
-les prix du lait, de la viande bovine et du blé tendre et dur ont reculé
-les prix à la production du porc et des fruits et légumes ont augmenté et ceux de la volaille sont restés stables.

Des agriculteurs ont entassé des pneus usagés devant la Maison de l’Agriculture à Mâcon mercredi 19 avril 2017 pour dénoncer le recul du prix du lait et la gestion de la PAC / © Damien Boutillet
Des agriculteurs ont entassé des pneus usagés devant la Maison de l’Agriculture à Mâcon mercredi 19 avril 2017 pour dénoncer le recul du prix du lait et la gestion de la PAC / © Damien Boutillet


Les prix payés aux producteurs ne couvrent pas leurs coûts de production, ont redit les agriculteurs, qui demandent à la grande distribution de leur verser "un prix rémunérateur".
"Le revenu des laitiers a été divisé par deux, depuis la sortie des quotas. Et celui des éleveurs allaitants continue de diminuer alors que les prix à la consommation augmentent. Que devons-nous faire pour enfin vivre de notre métier ?", demandent les représentants locaux de la FNSEA, le premier syndicat agricole français.

L’inquiétude vient aussi des négociations de la prochaine politique agricole commune (PAC), qui s'appliquera à partir de 2020. L'agriculture française, qui bénéficie de 9,5 milliards d'euros de subventions chaque année, s’interroge sur son avenir.
"La gestion calamiteuse de la PAC est un problème franco français qui a aujourd’hui des conséquences concrètes pour nos entreprises (retard de paiement des aides, instruction retardée de 2 ans pour les Mesures Agro-Environnementales et Climatiques, incertitude sur les enveloppes pour les aides bio, etc…)", estiment les membres de la FDSEA et des JA.

Des agriculteurs de la FDSEA et des JA ont vérifié si le magasin Auchan de Mâcon commercialisait leurs produits à un juste prix mercredi 19 avril 2017 / © Damien Boutillet
Des agriculteurs de la FDSEA et des JA ont vérifié si le magasin Auchan de Mâcon commercialisait leurs produits à un juste prix mercredi 19 avril 2017 / © Damien Boutillet


Les manifestants se sont ensuite rendus dans la grande surface Auchan de Mâcon pour vérifier que les produits en vente étaient commercialisés à un juste prix.
Ils ont collé des étiquettes demandant que le groupe Auchan respecte les accords passés avec les agriculteurs.

Le groupe Auchan ne commercialise pas les des agriculteurs à un juste prix, estiment la FDSEA et les JA / © Damien Boutillet
Le groupe Auchan ne commercialise pas les des agriculteurs à un juste prix, estiment la FDSEA et les JA / © Damien Boutillet


A lire aussi

Sur le même sujet

Personnels hospitaliers en maisons de retraite : la réalité du métier à l'EHPAD de Beaucourt

Près de chez vous

Les + Lus