• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Tour de France : un étudiant dijonnais dans la caravane publicitaire

La caravane du Tour de France comprend pas moins de 160 véhicules
La caravane du Tour de France comprend pas moins de 160 véhicules

Le Tour de France, ce sont les coureurs, mais aussi la caravane publicitaire. Très attendue par les spectateurs et aussi très convoitée par les étudiants qui souhaitent y travailler. Rencontre avec Aurélien, un étudiant dijonnais passionné de vélo.
 

Par B.L.


Chaque année, sur les 3 500 kilomètres du parcours de la Grande Boucle, les spectateurs attendent avec impatience le passage de la célèbre caravane du Tour de France.

Le cortège, long de 12 kilomètres, comprend pas moins de 160 véhicules. A leur bord : des caravaniers qui distribuent environ 18 millions d'objets à la foule : casquettes, bonbons, saucissons, drapeaux, bons de réduction...
Des gadgets de plus en plus décriés par les associations environnementales, mais très appréciés par les spectateurs.

Aurélien Lemesle, 23 ans, étudiant dans une école de commerce à Dijon, prend plaisir à distribuer des cadeaux à des gens qui attendent depuis des heures sur le bord des routes. "Il n’y a que deux métiers au monde qui permettent de faire ça, c’est caravanier ou père Noël", dit-il.

 

 

"C’est un marathon"


Comme Aurélien, ils sont 600 caravaniers à travailler pour 31 marques pendant les trois semaines que dure le Tour. Cela fait cinq ans que le jeune Bourguignon participe à la caravane pour le compte d’une marque de lunettes. "C’est un marathon, mais je suis très content d’être là. Il y a un esprit colonie de vacances et chaque année les anciens reviennent", explique-t-il.


Mais, ce qu’il apprécie par-dessus tout, c’est d’avoir "la chance de traverser la France chaque année avec un parcours différent". Chaque jour, ce sont des centaines de kilomètres parcourus et l’occasion de découvrir de superbes paysages. Le tout pour un salaire de 1 600 euros par mois.
 


Reportage d’Elsa Bezin, Romain Liboz, Dalila Iberrakene et Valérie Jonnet avec Aurélien Lemesle, étudiant dijonnais en école de commerce
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : le film Je promets d’être sage, tourné au musée des beaux-arts, sort au cinéma

Les + Lus