Eolane : les salariés de Montceau-les-Mines maintiennent la pression

Les salariés et la direction d'Eolane rencontrent pour la première fois l'administratrice judiciaire au cours d'un CSE exceptionnel ce mardi 6 octobre. Après l'annonce de la procédure de redressement judiciaire de l'entreprise, les salariés réclament désormais son extension à l'ensemble du groupe.
Nouvelle action coup de poing des salariés d'Eolane alors que se tient un CSE extraordinaire avec l'administratrice judiciaire.
Nouvelle action coup de poing des salariés d'Eolane alors que se tient un CSE extraordinaire avec l'administratrice judiciaire. © DR
"C'est une bataille judiciaire qui se joue cet après-midi. Il n'y a que la montée de la colère qui fonctionne", tonne Alain Schleich, secrétaire du Comité social et économique d'Eolane Montceau. Les salariés s'accrochent. Ils affichent à l'entrée du site croix, bannières, et faux cercueil, alors que se tient ce mardi 6 octobre, un CSE extraordinaire.

Les salariés et la direction du groupe rencontrent l'administratrice judiciaire pour connaître les échéances des semaines à venir. La semaine dernière, le tribunal de commerce de Chalon a rendu son jugement et placé l'entreprise en redressement judiciaire. La procédure délivre une période d'observation allant jusqu'en mars 2021, restreinte au 19 novembre 2020.
 
Les salariés font entendre leur colère à l'entrée du site.
Les salariés font entendre leur colère à l'entrée du site. © DR
 

Pour Alain Schleich, le calendrier est clair : si rien ne change au 19 novembre Eolane Montceau pourrait être en liquidation judiciaire, et procéder aux licenciements


Les salariés veulent l'extension du redressement judiciaire


Selon le secrétaire du CSE, l'administratrice judiciaire veut tenter de trouver un repreneur pour le site et présever les emplois. "Toute leur énergie va être absorbée par cette mission impossible. Pour nous, la priorité c'est la justice, puisque clairement Eolane n'en est qu'à son coup d'essai", déclare-t-il.
 

Les salariés réclament désormais l'extension de la procédure de redressement judiciaire à l'ensemble du groupe, seule voie légale encore possible. Cela impliquerait une nouvelle audience avec tous les membres des sites Eolane. "Ça permettrait de prouver aux juges qu'il n'y a pas de cessation de paiement, que c'est une escroquerie", poursuit alain Schleich. "Ça n'empêchera pas la fermture de l'entreprise qui a été dépouillée mais ce sera au groupe de payer la casse et non la collectivité !"
 

De multiples rebondissements


Eolane est une entreprise qui fabrique des cartes électroniques. À la suite de l'entrée dans le capital d'un fonds d'investissement en 2017, une restructuration du groupe est annoncée avec un projet de fermeture du site de Montceau. Une action en justice retarde cette procédure, les salariés gagnent du temps. De plus, grâce à une reprise de commandes, la fermeture est annulée en décembre 2018, car des perspectives de commandes s'ouvrent pour 2019.

Mais le spectre de la fermeture du site réapparait en janvier 2020 : un possible repreneur du site se profilait en mai 2020, mais son action ne va pas aboutir.
En septembre 2020, le repreneur se désiste définitivement. Et le 21 septembre, la double annonce tombe pour les salariés : pas de reprise possible et cessation de paiement, avant le placement en redressement en judiciaire le 30 septembre.  

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie justice société entreprises