Saône-et-Loire : l'entreprise Monnet, spécialisée dans le sport, se lance dans les chaussettes du quotidien

Une nouveauté pour l'entreprise Monnet installée à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) : depuis la mi-octobre, elle propose des chaussettes pour tous les usages. Jusqu'alors la marque était spécialisée dans les modèles dédiés au ski et à la randonnée.

L’hiver s'annonce... alors les chaussettes chaudes et confortables deviennent des alliées essentielles dans la lutte contre le froid. Pour que vos pieds résistent à la baisse des températures, vous pouvez désormais opter pour une gamme "casual", lancée le 18 octobre dernier par la marque Monnet, installée à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire).

L’entreprise créée en 1930 était spécialisée dans les chaussettes de sport, destinées notamment au ski ou à la randonnée. Mais elle a décidé de s’ouvrir à un nouveau marché, plus globalisé. Cette nouvelle gamme de produits n’est disponible actuellement que sur son site internet.

Concilier confort et savoir-faire

Une manière d’accéder directement au public. "C’est la volonté de toucher le plus vite possible, la plus grande cible possible. Il n’y a rien de tel qu’internet pour pouvoir proposer nos produits immédiatement", confie Daniel Porte, président des chaussettes Monnet.

En termes de cible, on s’adresse à absolument tout le monde : hommes, femmes, tous les âges.

Daniel Porte, président des chaussettes Monnet

L’idée de produire des modèles accessibles au plus grand nombre et disponibles en ligne, vient de Thierry Grzeskowiak, directeur adjoint de la marque. "J’avais cette idée en tête depuis de très nombreuses années. Et le premier confinement m’a fait un peu plus réfléchir. Quand j’ai vu ce qu’il se passait sur internet, je me suis dit qu’il fallait qu’on se positionne en tant que fabricant français", se rappelle-t-il. Au total, 5 000 paires ont été produites, toutes en laine ou en coton.

Différentes gammes sont disponibles : courtes, socquettes, mi-chaussettes en coton et mi-chaussettes en laine. Pour une paire, il faut compter entre 12 et 20 euros. Monnet mise sur son expérience et sa réputation pour se démarquer face à des concurrents aux prix parfois plus abordables. "L’idée, c’est de faire une gamme issue de notre savoir-faire dans le sport pour les chaussettes du quotidien. On va retrouver toutes les grandes caractéristiques de Monnet, c’est-à-dire les talons et les pointes renforcées qui vont améliorer le confort et la durabilité", appuie Thierry Grzeskowiak.

On sera toujours plus cher qu’une chaussette fabriquée en Asie ou en Turquie. Mais la qualité de la fabrication, des matières premières que l’on achète, il n’y a pas de compromis de ce côté-là. Et c’est comme ça que l’on continuera à exister.

Thierry Grzeskowiak, directeur adjoint des chaussettes Monnet

La société Monnet qui possède le label Entreprise du patrimoine vivant, compte également faire de sa production entièrement française, un argument de poids sur le marché de la chaussette casual. "Les gens sont devenus conscients que l’emploi est un véritable enjeu. En consommant du Made In France, on développe l’emploi en France. Il y a un côté affectif mais aussi rationnel. C’est un gage de qualité. On fait un investissement sur un produit durable et de qualité qui va donner totale satisfaction", analyse Daniel Porte.

À terme, l’objectif de la marque est de vendre autant de chaussettes sportives que de chaussettes du quotidien. Pour y parvenir, elle lancera prochainement d’autres gammes, notamment en cachemire et en lin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie société