Saône-et-Loire : l'usine Michelin de Blanzy fête ses 50 ans

L'usine Michelin de Blanzy (Saône-et-Loire) fête son cinquantième anniversaire ce jeudi 30 septembre. Pour l'occasion, le vice-président du groupe est venu sur place célébrer ce demi-siècle d'histoire et présenter les perspectives d'avenir pour le site.

Le 24 septembre 1970, l’usine Michelin de Blanzy (Saône-et-Loire) produisait son premier pneu pour véhicule léger. Un demi-siècle plus tard, le site célèbre ses 50 ans d’existence, avec un léger retard, pandémie oblige. 

Chaque année, l’usine produit près de 20 000 tonnes de pneus génie civil et militaire, soit 480 unités par jour. Michelin Blanzy emploie actuellement 1 150 salariés. Venu pour fêter les 50 ans, Jean-Christophe Guérin, vice-président du groupe, a tenu à leur exprimer sa gratitude pour le bilan des 18 derniers mois marqués par la pandémie : "Je voudrais en profiter pour vous remercier de la façon dont vous avez géré cette crise Covid. Cette usine a su continuer à produire pour l’armée française avec un engagement remarquable".

Un site dédié à la recherche et au développement

Le vice-président a également tenu à évoquer l’avenir du site qui recrutera prochainement 50 personnes : "Célébrer 50 ans, c’est regarder ce qui s’est fait dans le passé, mais c’est aussi se dire ‘continuons tous ensemble à nous battre pour progresser’. Nos concurrents sont là et ils se battent aussi. Tous ensemble, on se doit d’inventer l’usine du futur".

Pour faire face à la concurrence, Michelin Blazy, dont la devise est "façonner l’industrie de demain"  veut rester une usine innovante. Le plan vision 2024 prévoit l’investissement de 100 millions d’euros. Par ailleurs, 20 millions vont être injectés dans la recherche et le développement. Le site travaillera en lien avec les équipes techniques du groupe Michelin.

"Ce sera un grand avantage pour le site d’avoir de la recherche et développement à côté des productions classiques pour nous lancer dans les nouveaux matériaux et attaquer les défis du futur. Le grand challenge, c’est de rester agile et vigilant. Et là, on a des équipes magnifiques et des partenaires qui travaillent main dans la main. On est très confiant pour l’avenir", salue Sascha Kettler, directeur de l’usine de Blanzy.

Les salariés inscrits à la CGT absents des célébrations

Mais ces perspectives ne rassurent pas tout le monde. Nicolas Duch, secrétaire général de la CGT sur le site lui, s'interroge. "Pour nous, il y a une réelle inquiétude sur les emplois avec toutes les délocalisation en cours, dont la fermeture de l’usine de la Roche-sur-Yon dernièrement. La recherche et développement n’est pas une certitude. Elle est certes sur notre site, mais qu’en sera-t-il demain si ça ne va plus ? Peut-être qu’ils délocaliseront le service", s'alarme-t-il.

En janvier dernier, le groupe Michelin a notamment annoncé la suppression de 2 300 postes en France d'ici 2024. Les salariés syndicats de l’usine de Blanzy ont donc fait le choix de ne pas participer à l’évènement de ce jeudi. Une manière aussi de se rappeler des évènements de 2009. La fermeture de l’atelier tourisme avait entraîné la disparition de 477 emplois et d’importantes grèves.

Les 50 ans de l’usine Michelin de Blanzy seront célébrés tout au long du week-end, avec l’ouverture du site samedi et dimanche de 8h30 à 19h30 aux ouvriers, à leur famille et aux anciens employés. 2 400 personnes sont attendues.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
michelin économie entreprises industrie histoire