• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Saône-et-Loire : Michelin mise sur le site de Blanzy

Le site Michelin de Blanzy, en Saône-et-Loire.
Le site Michelin de Blanzy, en Saône-et-Loire.

Notre dossier éco fait le point sur l'usine Michelin de Blanzy, en Saône-et-Loire. Ce site a été inauguré dans les années 70. Après quelques crises qui ont fait craindre pour son avenir, cette usine produit aujourd'hui plus de 100.000 pneus par an.

Par Maryline Barate


Le site Michelin de Blanzy, en Saône-et-Loire, affiche des résultats florissants. 100.000 pneus, destinés aux engins de génie civil,sortent chaque année des lignes de production. Des investissements ont été faits, d'autres sont en cours.

« On a beaucoup investi par le passé. On entrevoit 70 millions d’euros d’investissements supplémentaires entre 2018 et 2022 », se félicite William Etaix, directeur de l'usine Michelin de Blanzy.



477 emplois supprimés en 2009

Les syndicats ne nient pas cette politique d'investissement. Mais ils n'oublient pas non plus le dernier plan social en date. En 2009, Michelin stoppe la production de pneus de tourisme sur le site de Blanzy pour faire face à la crise mondiale. Conséquence, 477 emplois sont supprimés. 

On craint même la fermeture pure et simple de l'usine. Mais l'année suivante, la multinationale réinjecte de l'argent et spécialise cette unité de production dans les pneus d'engins de génie civil.



Une nouvelle organisation du travail


A Blanzy, un accord a été signé engendrant une nouvelle organisation du travail. Il a divisé les syndicats. « Michelin joue beaucoup sur la flexibilité. Dans un des ateliers, on travaille le dimanche. (…) Le travail est de plus en plus difficile. On nous demande toujours plus de productivité », s’inquiète Patrick Gérard, élu CGT au CE.

« C'est vrai que c'est de plus en plus dur. On nous en demande toujours plus. Les salariés attendent un retour. Il faut que ce soit donnant-donnant », confirme Jean-Pierre Guiffray, syndicat SUD. secrétaire du CE. Des élus qui dénoncent également la stagnation des salaires.


Malgré ces bémols sociaux, l'usine de Blanzy semble bien se porter. Elle demeure un pilier de l'emploi dans le bassin minier.

Le dossier de M. Gillot et A. Borlot avec :
  • William Etaix, directeur de l'usine Michelin de Blanzy
  • Olivier Baggetto, agent de cuisson
  • Patrick Gérard, élu CGT au CE
  • Jean-Pierre Guiffray, syndicat SUD et secrétaire du CE
  • Pascal Duvignaud, technicien

L'usine Michelin de Blanzy


Sur le même sujet

Dijon : les gilets verts, des médiateurs au service des usagers

Les + Lus