Saône-et-Loire : du travail pour effacer les stigmates de la tempête

Quatre jours après la tempête de vendredi, la Saône-et-Loire panse ses plaies. Le Brionnais a été particulièrement touché par ce phénomène climatique exceptionnel. Autour d'Artaix, les dégâts sont considérables.
La tempête de vendredi a fait d'importants dégâts, qu'il s'agit désormais de déblayer.
La tempête de vendredi a fait d'importants dégâts, qu'il s'agit désormais de déblayer. © Anthony Borlot / France Télévisions

Des arbres arrachés par dizaine. La tempête de vendredi 23 juillet a dévasté la halte nautique d'Artaix, en Saône-et-Loire. Des touristes réfugiés dans une voiture ont frôlé la mort. Heureusement, l'arbre n'a fait qu'un seul blessé.

Fermé au public, le lieu attire encore quelques Artaisiens. Selon eux, la tempête a fait plus de dégâts que celle de 1999. "Vers 2h du matin, le vent s'est levé avec une pluie phénoménale. Ça a soufflé de plus en plus et ça a beaucoup tourbillonné. Il y a des endroits comme ici où ça a fait beaucoup de dégâts", raconte un riverain.


Si les voies de circulation routières sont de nouveaux praticables, ce n'est pas le cas de la voie verte du Brionnais. Certains bravent pourtant l'interdiction et poursuivent leur route, à leurs risques et périls. "Ce dont on n'a pas conscience, ce sont les risques encourus face à des arbres qui sont encore suspendus. On l'a vu, il y a des arbres déracinés, il y a encore des risque de chute", précise Carole Chenuet, conseillère départementale divers droite.

Des arbres sont tombés sur le tracé de la voie verte.
Des arbres sont tombés sur le tracé de la voie verte. © Anthony Borlot / France Télévisions

"On a vraiment eu beaucoup de chance"

Avec des rafales de vents à plus de 100 km/h, les pompiers ont réalisé une centaine d'interventions. Dans certains secteurs, l'électricité a été coupée pendant plusieurs jours. L'événement météorologique a surpris par son ampleur. D'autant que le département se remettait à peine d'une précédente tempête au mois de juin.

"Les agents avaient terminé la réhabilitation de cette voie verte. Et puis voilà, quelques heures après, ça recommence. En plus, on a un terrain qui était très favorable à ces déracinements d'arbres, puisque c'est un terrain très mouillé, très humide, avec toutes les pluies", indique le président divers droite du conseil départemental de Saône-et-Loire, André Accary. "On a vraiment eu beaucoup de chance".

Dans le Brionnais, il faudra sans doute plusieurs semaines pour panser les blessures provoquées par cette tempête, d'une ampleur inédite pour un mois de juillet.

"Aucune date de réouverture ne peut être envisagée" pour la voie verte entre Iguerande et L’Hôpital-le-Mercier, indique le conseil départemental dans un communiqué ce mardi 27 juillet. Dans le Chalonnais, "une portion de la voie bleue à hauteur de Sassenay est également fermée pour une durée encore indéterminée". Dans ce secteur, "15 mètres de bitume complètement dégradés par les inondations" devront être refaits.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets