Saône-et-Loire : les militants socialistes de la Bresse enterrent la hache de guerre

En avril dernier, des militants socialistes de la Bresse avaient décidé de se mutiner contre les instances nationales de leur parti. Ils avaient refusé d'envoyer leurs cotisations. Huit mois plus tard, ils ont mis un terme à leur action pour se mettre en ordre de marche derrière Arnaud Montebourg.

Par Maryline Barate

Le travail militant reprend


Les militants socialistes de la Bresse rentrent dans le rang. Après avoir jouer les dissidents vis-à-vis des instances nationales du parti socialiste ces derniers mois, les voilà de retour au bercail. Ils ont décidé de mettre fin à leur prise de distance avec la rue Solférino. Ils vont envoyer leurs chèques de cotisation et reprendre les opérations de tractage et de collage d'affiches.

Une section fidèle à Arnaud Montebourg


Officiellement, ces militants disent avoir été entendus par les dirigeants du parti. A l'époque, ils contestaient l'orientation prise par le gouvernement. La loi Travail ou la déchéance de nationalité étaient, à leurs yeux, des mesures ou des projets en contradiction avec les valeurs de gauche.  Plus prosaïquement, la fin de la "grève" de ces militants coïncide avec les ambitions présidentielles d'Arnaud Montebourg.

Ils se mettent ainsi en ordre de marche pour soutenir l'ancien ministre du Redressement productif. La Bresse est le fief d'Arnaud Montebourg. Or, ce dernier a annoncé lors de la dernière Fête de la Rose à Frangy, en août dernier, sa décision de participer à la la primaire à gauche. Il a donc besoin de militants qui rouleront pour lui au sein du parti socialiste.

Le reportage de D. Boutillet et D. Iberrakène avec :
  • Denis Lamar, porte-parole de la section PS Pierre-de-Bresse Frangy
  • Daniel Cornibert militant PS de la section Pierre-de-Bresse Frangy
  • Michel Bretin, militant PS de la section Pierre-de-Bresse Frangy
Saône-et-Loire : les militants socialistes de la Bresse rentrent dans le rang
En avril dernier, des militants socialistes de la Bresse avaient décidé de se mutiner contre les instances nationales de leur parti. Ils avaient refusé d'envoyer leurs cotisations. Huit mois plus tard, ils ont mis un terme à leur action pour se mettre en ordre de marche derrière Arnaud Montebourg.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus