• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Saône-et-Loire : la Chapelle-sous-Brancion veut restaurer ses paysages de bocages

Si le paysage fait partie du patrimoine, alors il doit pouvoir être restauré, comme on restaure un lavoir ou une chapelle. C'est ce qu’a entrepris la petite commune de la Chapelle-sous-Brancion, en Saône-et-Loire, qui met en place un plan bocager.
 

Par Fatima Larbi

Quels sont les avantages du bocage ?

Le bocage est un paysage rural où alternent des prairies et des champs, ponctués par des haies et des arbres. Un paysage qui ne s’est pas fait en un jour. Il remonte au Moyen Age et n’a pas seulement servi à clôturer les prairies pour éviter au bétail de divaguer.

Il évite aussi un écoulement trop rapide des eaux de pluie qui entraîne l’érosion des sols, il favorise la biodiversité… 

L’arrivée de la mécanisation de l’agriculture et son approche productiviste ont mis à mal ce type de paysage. En effet, les haies et les arbres ne sont pas adaptés aux grosses machines agricoles. C'est pourquoi dans les années 1970 les bocages ont été détruits.

 
La Chapelle-sous-Brançion restaure son bocage
Un reportage de Michel Gillot et Christophe Gaillard avec :
-Daniel Roger, agriculteur à la retraite
-Robert de Baker, habitant de la commune
-Pierre-Michel Delpeuch, maire de la Chapelle-sous-Brancion

 

Quel est le plan bocager de la Chapelle-sous-Brancion ?


Aujourd’hui, on redécouvre les vertus esthétiques et écologiques du bocage.

En Bourgogne, c'est aussi un paysage en voie de disparition, même s’il est encore présent dans certaines zones.

C’est le cas dans la commune de la Chapelle-sous-Brancionles habitants sont fiers de ce patrimoine et veulent le conserver et le restaurer.


Des arbres et des haies il y en a encore mais bien moins que dans les années 1970. Depuis 2018, la commune travaille à l’élaboration d’un plan bocager communal.
Le but est de replanter des chênes ou des peupliers et de reconstituer les haies là où elles ont disparu.

Mais les terres agricoles étant privées, le plan bocager est mené en collaboration avec les agriculteurs et tient compte de leurs contraintes.

Quand au coût financier du projet, la petite commune de la Chapelle-de-Brancion bénéficie de subventions grâce à son inscription dans la zone Natura 2000 du Clunisois.

Ce projet bocager qui améliore l’écosystème va aussi faire la joie des chauves-souris dont Brancion est un des sites majeurs en Bourgogne. Il doit voir le jour en 2020 si tout va bien.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus