Saône-et-Loire : Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, invitée d’honneur à Blanzy

Christiane Lambert, la présidente de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles, est présente à Blanzy pour l'assemblée générale annuelle du syndicat agricole de Saône-et-Loire.

La présidente de la FNSEA est l’invitée d’honneur de la 73ème assemblée générale annuelle du syndicat agricole de Saône-et-Loire.
La présidente de la FNSEA est l’invitée d’honneur de la 73ème assemblée générale annuelle du syndicat agricole de Saône-et-Loire. © Maxppp
Conviée par Bernard Lacour, président de la FDSEA de Saône-et-Loire, la présidente est l’invitée d’honneur de la 73ème assemblée générale du syndicat agricole, mardi 20 mars 2018.

La Saône-et-Loire, terre d'agriculteurs


"La Saône-et-Loire est un département très agricole, affirme Christiane Lambert. C’est important pour les responsables nationaux d’aller au contact des agriculteurs."

Lors de l’assemblée, différents points sont abordés :
- légitimer la présence des agriculteurs sur les territoires
- organiser le réseau et développer la communication
- faire face à la charge administrative
- reconquérir un revenu

"Les agriculteurs sont inquiets sur un certain nombre de sujets. Ils attendent beaucoup de la loi alimentation promise par le président de la République qui leur garantirait des revenus plus élevés. Ils sont aussi soucieux des questions liées au développement durable et à l’environnement" commente la présidente de la FNSEA.

Sont également présents le préfet de Saône-et-Loire, Jérôme Gutton, le président du Département André Accary, le président de la Chambre d'agriculture Christian Decerle, et le président de la JA 71 Jeoffrey Beaudot.

L'agriculture se féminise


La profession compte de plus en plus d'agricultrices. Aujourd'hui, un tiers des personnes qui travaillent dans les exploitations sont des femmes.
"La pénibilité physique du métier d’agriculteur a diminué, c’est plutôt un stress psychique, explique Christiane Lambert. On met en place un accompagnement dans les Chambres d’agriculture pour accueillir des jeunes, et notamment des femmes. A l'heure actuelle, 25% des chefs d’exploitation sont des femmes."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie politique