Saône-et-Loire : visitez le château de Cormatin avec Des Racines et des Ailes

Publié le Mis à jour le
Écrit par B.L.

Que sont-ils devenus ? Mercredi 1er mai à 21h sur France 3, l’émission "Des Racines et des Ailes revient sur 10 années de rencontre avec des passionnés. On retrouve les propriétaires du château de Cormatin qui poursuivent un gigantesque chantier de restauration.
 

Pour son 100e numéro de "Passion Patrimoine", l’émission présentée par Carole Gaessler a retrouvé des personnalités particulièrement marquantes.

Parmi elles, Pierre Almendros et Marc Simonet-Lenglart qui ont acheté le château de Cormatin en 1980. Le monument du 17e siècle est situé sur la commune de Cormatin, entre Tournus et Cluny, dans le sud de la Bourgogne. Ce château, classé monument historique, avait été construit pour le marquis d'Uxelles.
 

Après 30 ans d’efforts, le château qui était délabré, a retrouvé sa splendeur.
Lors des travaux de restauration, on a découvert notamment de splendides décors peints, sculptés et dorés du sol au plafond.

On est aussi émerveillé par le parc de 12 hectares, les jardins et leur pièce maîtresse, le labyrinthe entouré d’eau. L’ancien président de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev, invité par François Mitterrand, s’y était perdu.

 

Environ 60 000 visiteurs viennent chaque année visiter le château de Cormatin.

Cette source de financement permet à Pierre Almendros et Marc Simonet-Lenglart de restaurer leur deuxième château, le château de Fléchères, près de Villefranche-sur-Saône, à une soixantaine de kilomètres de Cormatin.
Ce monument, lui aussi laissé à l’abandon, a failli être rasé par un promoteur qui voulait construire un lotissement à la place. En 2015, Des Racines et des Ailes avait filmé les lieux. Là encore, les propriétaires ont découvert un trésor caché sous des boiseries : des fresques du 17e siècle réalisées par le peintre italien Pietro Ricci dans 10 pièces. C’est un des plus beaux décors de fresques en France qui devrait être totalement restauré d’ici deux ou trois ans.


"C’est le propre de la vie de château de ne pas être facile. C’est ça qui est intéressant d’ailleurs", dit Pierre Almendros.
"On essaie de sauver un morceau du patrimoine, c’est normal que ce ne soit pas facile. Mais on le fait avec beaucoup de plaisir."