Saône-et-Loire : tout plaquer pour devenir paysan

Quitter la ville pour vivre une nouvelle aventure à la campagne et devenir paysan, ça semble un pari un peu fou quand on connaît les difficultés du monde agricole. Mais certains sautent le pas. Illustration en Saône-et-Loire avec l'un de ces "néo-paysan" Jean-Pierre Simon, installé à Cuiseaux.

Stress, pollution, rythme de vie effréné, des citadins tournent le dos à la ville en se reconvertissant dans l'agriculture bio. Ils changent totalement d'univers professionnel, ils font un retour à la terre pour pratiquer un métier plus concret et être plus en accord avec eux-mêmes.


C'est le choix qu'a fait Jean-Pierre Simon. Cet ancien cadre a tout plaqué pour se lancer dans l'aventure paysanne. Il s'est installé à Cuiseaux, en Saône-et-Loire, pour cultiver des fruits rouges : fraises, de cassis, de framboises…


Une démarche également militante


« Je suis au contact de l'environnement, de la nature. Un lien que j'avais perdu. Auparavant, j'étais tout le temps derrière un bureau », se félicite cet agriculteur qui a changé de vie aussi par conviction environnementale.


« Tout le monde parle du changement climatique. Je vais essayer de montrer qu'une agriculture sur une petite échelle et respectueuse de l'environnement peut aussi exister », poursuit Jean-Pierre Simon qui accueille sur se ferme les personnes qui souhaitent - comme lui - se reconvertir dans l'agriculture bio.


Son portrait signé Q. Cézard et A. Borlot avec :
Saône-et-Loire : tout plaquer pour devenir paysan
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie agriculture bio agro-alimentaire