Bannière résultats municipales

Second tour des municipales en Franche-Comté : les listes de candidatures sont déposées, on a même une quinquangulaire

Depuis 18 heures, il n'est plus possible de déposer sa liste pour le second tour des élections municipales qui aura lieu le dimanche 28 juin. Pour les 9 villes les plus importantes de la région, on compte : 3 duels, 4 triangulaires, une quadrangulaire et même une quinquangulaire !

© Lionel VADAM - maxPPP

Habituellement, les candidats ont jusqu'au mardi qui suit le premier tour des municipales pour déposer leurs listes en préfecture. Mais, ça, c'était avant, avant la crise sanitaire, avant le report du second tour, avant...
Rappel des conditions : une liste qui a recueilli au premier tour entre 5 % et 10 % des voix peut fusionner avec une liste qui a recueilli plus de 10 % qui, elle, peut se maintenir au second tour.
Ce mardi 2 juin les candidats avaient jusqu'à 18 heures pour faire les démarches nécessaires pour le second tour.  Comme le premier tour a eu lieu le dimanche 15 mars, 11 semaines séparent ces deux dates. Le second tour ayant lieu le dimanche 28 juin, la campagne du second tour ne durera pas 5 jours "comme d'habitude" mais... presque quatre semaines ! C'est inédit.

 


Qui est candidat et où : petit tour, département par département, des villes qui restent encore à pourvoir


Dans le Doubs


Besançon

On a droit à une triangulaire dans l'ancienne capitale régionale, comme en 2014 où le second tour avait vu s'affronter Jean-Louis Fousseret, PS à l'époque, Jacques Grosperrin LR et P. Mougin, FN. Jean-Louis Fousseret, aujourd'hui LREM, ne se représentait pas pour un 4ème mandat. Il était en 54 ème position sur la liste de sa collaboratrice, Alexandra Cordier, Divers, qui a totalisé 4 % des suffrages et donc est éliminée.

Les trois qualifiés du premier tour, Anne Vignot EELV - DVG (31 % des voix), Ludovic Fagaut, LR, (24 %) et Eric Alauzet LREM (19 %) se retrouveront le dimanche 28 juin, avec leurs listes intactes, sans aucune modification. Les négociations entre Anne Vignot et Claire Arnoux de LFI (8%) ont tourné court. Pas de négociations ni même de rencontre entre Ludovic Fagaut et Eric Alauzet. Les troupes du candidat républicain ont appelé, en vain, le député marcheur à se désister en leur faveur.

Le candidat RN Jacques Ricciardetti, avec ses 7 %, était en position de fusionner lui aussi mais il n'a, a priori, pas été sollicité. C'était le seul candidat du parti de Marine Le Pen dans une ville de Franche-Comté pour ce scrutin 2020.



Mandeure

C'est la ville où il reste le plus de candidats : 5. Oui, les 5 qualifiés du premier tour se retrouvent au second... Aucune fusion, aucun désistement. On prend les mêmes et on recommence !

Une élection avec 5 candidats en lice s'appelle une "quinquangulaire", ou, mais récusé par certains linguistes et réservé à ceux qui auraient des problèmes de prononciation, le terme "pentaculaire".

Jean-Pierre Hocquet, le maire sortant DVD de Mandeure, est arrivé en tête avec 34 % devant Patrick Alin, DVG, 28 %. Plus loin derrière Sandra Ramalho, conseillère municipale de la majorité sortante, Divers, a recueilli 14 %,  talonnée par un autre membre de l'équipe de Jean-Pierre Hocquet, Julien Ceccarelli DVD 13 %. Stéphane Podgora DVG 11 % ferme la marche. Cette multitude de candidatures, avec une opposition de gauche très divisée, semble avantager Jean-Pierre Hocquet.

Valentigney

Philippe Gautier, maire LR sortant, a viré en tête le 15 mars dernier avec 851 voix soit 36 % des suffrages, devant Claude-Françoise Saumier (DVG) avec 782 voix, soit 33 %. C'est François Sahler, Divers Centre, avec 625 voix et 26.45 % qui semblait l'arbitre de ce match. Il a révélé à 18h (et pas avant) qu’il retirait sa candidature. Il y aura donc un duel au second tour.


Dans le Jura

Salins-les-Bains

Gilles Beder, Divers Centre, le maire sortant, est en difficulté pour sa réélection : il n'arrive que deuxième avec 35 % derrière Michel Cêtre, Divers Droite, qui totalise 43 %. Se maintient également Michel Bugada, Divers Gauche, qui a recueilli 21 %.

A noter que lors de la présidentielle de 2017, les Salinois avaient placé en tête de leurs votes : Jean Luc Mélenchon 24 %  devant Marine Le Pen 22 %.

Saint-Claude

Le duel entre Jean-Louis Millet, DVD, et Francis Lahaut PCF-DVG, semblait bien régler : ils sont élus à tour de rôle depuis ... 1995 ! Pour ce scrutin, un homme est venu troubler leur face à face habituel : Frédéric Poncet, PS-DVG.
Jean-Louis Millet prend la première place avec 38 % (924 voix), suivi par Frédéric Poncet 36 % (889 voix) et Francis Lahaut ferme la marche avec 26 % (634 voix). Tous seront candidats à nouveau le 18 juin.
Plusieurs inconnues : la participation n'était que de 47 %, les abstentionnistes vont-ils se déplacer le 28 juin ? Et y aura-t-il un "vote utile", les électeurs du "troisième homme", Francis Lahaut, vont ils voter pour battre le maire sortant ou pas ?

 

Lons-le-Saunier

Dans la ville préfecture du Jura, Jacques Pélissard, DVD, ex-RPR, ex-UMP, ne se représentait pas après 31 ans de mandat, il était élu depuis 1989.
Sa majorité s'est déchirée : son adjoint Christophe Bois, Agir-LREM, qu'il soutenait, a viré en tête avec 36 % des suffrages. Il a distancé nettement un ex-adjoint de Jacques Pélissard, John Huet, DVD, qui aurait pu se maintenir avec un score de 21 %. John Huet a finalement décidé de se retirer, en interdisant même à ses colistiers de rejoindre Christophe Bois... Pas d'accord à droite.
Ni d'accord à gauche où les résultats sont encore plus tranchés : Jean-Yves Ravier, DVG-PS-PCF-EELV, a pris la deuxième place avec 30 % des voix. Il aurait pu fusionner sa liste avec celle de Christophe Perny, ancien président du conseil général, DVG, ex-PS, ex-LREM, qui n'a recueilli que 7 % mais Jean-Yves Ravier a préféré conserver sa liste intacte.
Les Lédoniens ont donc le choix entre Christophe Bois, candidat de droite qui bénéficie du soutien du maire sortant et de La République en Marche, et Jean-Yves Ravier qui conduit une liste de gauche composée, entre autres, du PS, du PCF et d'EELV.


En Haute-Saône

Héricourt
Le maire sortant, le DVG Fernand Burkhalter, semble bien parti pour un nouveau mandat : il arrive en tête avec 46, 86 % des voix. 
Se maintiennent pour le second tour les deux listes qui ont dépassé la barre symbolique des 10 % : Gilles Lazar, PCF, (33.54 %) et Patrick Adam, Divers Droite, qui a totalisé 11.81% le 15 mars.
Triangulaire à Héricourt donc également le dimanche 28 juin.


Dans le Territoire de Belfort


Bavilliers
Duel à Bavilliers entre le maire sortant, le LR Eric Koeberlé, 43 %, et le Divers Gauche Gérald Loridat, 33 %. 
En effet, Chantal Bueb, adjointe d'Eric Koeberlé jusqu'en janvier de cette année, ne se maintient pas au second tour. Cette candidate DVD avait obtenu 24 %. Son retrait semble favoriser le maire sortant, Eric Koeberlé.
 


Belfort

Largement en tête dès le 15 mars, avec 48 % des voix, Damien Meslot, LR, est en route, tranquillement, pour un second mandat, d'autant plus que son opposition repart en ordre dispersé.

Arrivée deuxième mais avec seulement 15 % des suffrages, Mathilde Nassar, EELV-LFI, n'a pas trouvé d'accord entre les deux tours avec l'autre candidate de gauche, Samia Jaber, 13 % des voix. Marie José Fleury, Modem-Div-Centre, s'est qualifiée de justesse avec 10,23 %. 

Maud Clavequin, DVG-LREM, aurait pu fusionner avec une autre liste puisqu'elle a recueilli 7 % des voix. Mais ni fusion, ni désistement à Belfort.

Damien Meslot fera donc face à trois femmes têtes de liste le dimanche 28 juin et semble très serein.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter