SNCF : des drones pour surveiller les voies ferrées de Bourgogne-Franche-Comté

La SNCF utilise des drones équipés de caméras HD pour surveiller des milliers de kilomètres de voies ferrées et vérifier l’état des viaducs, tunnels et autres ouvrages d’art. Une technologie qui facilite le travail des agents et permet aussi de baisser les coûts du ferroviaire.
 
La SNCF fait appel à des drones équipés de caméras HD pour surveiller les voies ferrées et vérifier l’état des ouvrages d’art.
La SNCF fait appel à des drones équipés de caméras HD pour surveiller les voies ferrées et vérifier l’état des ouvrages d’art. © SNCF

Atteindre en toute sécurité une zone difficile d’accès comme un viaduc, c’est l’un des avantages du drone.

En l’espace de quelques minutes, l’engin peut prendre des vidéos et des milliers de photos haute définition de l’ouvrage. Il suffit ensuite de transférer ces données sur un ordinateur.

Une fois qu’elles sont numérisées, "le report des détails est de l’ordre du 200e à une précision centimétrique", indique Jérôme Grand, directeur territorial Bourgogne-Franche-Comté de SNCF Réseau.
 
Un drone de la SNCF inspecte le viaduc de Mâlain, sur la ligne Dijon-Paris, en Côte-d’Or.
Un drone de la SNCF inspecte le viaduc de Mâlain, sur la ligne Dijon-Paris, en Côte-d’Or. © SNCF Réseau


Au final, un ouvrage comme le viaduc de Mâlain, sur la ligne Dijon-Paris, en Côte-d’Or, est inspecté en une demi-journée.

Les défauts sont détectés en temps réel. Un expert peut ainsi réaliser une prévisite de l’ouvrage depuis son bureau au lieu d’être à bord d’une nacelle suspendue dans la vide.

Outre la sécurité accrue pour les salariés, cette solution est aussi beaucoup plus rapide et bien moins chère.
 
Les drones sont aujourd’hui au service de la maintenance et de la sécurité du réseau ferroviaire.
Les drones sont aujourd’hui au service de la maintenance et de la sécurité du réseau ferroviaire. © SNCF Réseau


Les drones ne se limitent pas aux missions d’inspection (ouvrages d’art, parois rocheuses, bâtiments, poteaux caténaires…) et de relevés topographiques et cartographiques.

Ils sont de précieux outils pour détecter les phénomènes naturels présentant un risque pour les installations ferroviaires : les menaces d’éboulement et d’inondation, par exemple.

On peut aussi s’en servir pour recenser la faune sauvage des alentours, sans oublier les missions de surveillance pour parer tout acte de malveillance.
 
 
SNCF Réseau - par le biais de sa filiale Altametris - utilise des drones pour surveiller les voies ferrées et vérifier l’état des ouvrages d’art.
SNCF Réseau - par le biais de sa filiale Altametris - utilise des drones pour surveiller les voies ferrées et vérifier l’état des ouvrages d’art. © SNCF Réseau


SNCF Réseau - par le biais de sa filiale Altametris -  a déjà réalisé une cinquantaine de missions en Bourgogne-Franche-Comté depuis 2018. Cela va de l’inspection des grillages de protection sur une paroi rocheuse à Bellefontaine dans le Jura à l’inspection de portiques caténaires à Venarey-les-Laumes en Côte-d’Or…

Avec plus de 3 100 km de voies ferrées et 3 600 ouvrages d’art à vérifier régulièrement dans la région, le travail ne manque pas pour assurer la sécurité et la régularité du trafic ferroviaire, et par là même sa compétitivité.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports technologies économie numérique