• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Sortie de prison vendredi pour le faux docteur Jean-Claude Romand, auteur d'un quintuple meurtre

Jean-Claude Romand lors de son transfert de la prison de Bourg en Bresse en novembre 1994. / © Jean-Pierre Balfin MaxPPP
Jean-Claude Romand lors de son transfert de la prison de Bourg en Bresse en novembre 1994. / © Jean-Pierre Balfin MaxPPP

Jean-Claude Romand, le faux médecin de l'OMS condamné à perpétuité pour avoir tué son épouse, ses deux enfants et ses parents, va retrouver vendredi la liberté après 26 ans de détention, mais restera placé sous surveillance électronique.

Par France 3 Franche-Comté avec AFP

"Il va être libéré dans les conditions fixées par la cour d'appel" de Bourges le 25 avril dernier, a déclaré son avocat Jean-Louis Abad. Cette libération conditionnelle va intervenir vendredi, dernier jour du délai fixé par cette décision de justice, a précisé le parquet général de Bourges. Le faux médecin, aujourd'hui âgé de 65 ans, devrait rejoindre un établissement religieux à sa sortie de la prison de Saint-Maur (Indre), selon une source proche du dossier.
 

 Il y sera placé sous surveillance électronique pendant une période probatoire de deux ans, avant d'être soumis pendant dix ans à des mesures d'assistance et de contrôle. Une ultime audience a eu lieu mercredi devant la chambre d'application des peines de la cour d'appel de Bourges pour régler les "éléments techniques" liés à cette libération conditionnelle, selon le parquet général.
 

Interdiction de se rendre en Bourgogne-Franche-Comté


Il s'agissait notamment de fixer les "plages horaires" durant lesquelles M. Romand devait rester à son domicile, selon Me Abad, qui a parlé d'"une sorte de pointage électronique à heure fixe". Mais la décision de libération conditionnelle "n'est pas remise en cause", a assuré le parquet général. Dans cette décision, la justice a ordonné à Jean-Claude Romand de ne pas entrer en contact avec les victimes et les parties civiles et lui a interdit de se rendre dans les régions Ile-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes.

M. Romand doit aussi s'abstenir "de toute communication médiatique relative aux crimes pour lesquels il a été condamné", "réparer en tout ou partie" les dommages qu'il a causés et "se soumettre à des mesures d'examen médical, de traitement ou de soins", selon le communiqué du parquet général du 25 avril.

Condamné à la perpétuité en 1996, M. Romand était libérable depuis 2015, après une période de sûreté de 22 ans. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Canicule : un feu de forêt s’est déclaré à Villeferry en Côte-d’Or

Les + Lus