Suspension de desserte TGV : vives réactions des élus et des usagers à Montbard

A partir de début novembre, en gare de Montbard, il n'y aura plus de TGV à 8 heures, pour Paris. La suspension de cette desserte, annoncée par la SNCF, provoque un vif émoi tant des élus que des usagers qui ont mis en ligne une pétition. Elle a recueilli plus de 3000 signatures en quelques jours. 
Dans le contexte de la crise sanitaire du coronavirus, et compte tenu des taux de remplissage des trains, la SNCF a annoncé la suspension de plusieurs dessertes TGV en Côte-d'Or.
Dans le contexte de la crise sanitaire du coronavirus, et compte tenu des taux de remplissage des trains, la SNCF a annoncé la suspension de plusieurs dessertes TGV en Côte-d'Or. © France Télévisions / D. Rabeisen

La SNCF a fait ses comptes. Depuis le début de la crise sanitaire, il y a beaucoup moins de monde dans les trains. La décision a été prise d'adapter le trafic à cette baisse de fréquentation.  

A Montbard, l'annonce de la suspension du TGV de 8 heures, provoque de vives réactions. Les nombreux usagers qui ont l'habitude de prendre ce train, sont surpris par l'annonce de cette décision. 

L'un d'entre eux, qui travaille à Paris depuis plus de 20 ans, mais qui vit en Bourgogne où il a sa famille, exprime son avis : " Je comprends qu'on ne puisse pas faire rouler des trains à vide, mais au delà de la crise on s'aperçoit qu'il y a beaucoup de gens qui vivent à Paris et qui veulent en partir. Le train est un mode de transport écologique appelé à se développer avec le Grand Paris." 

 Une jeune femme s'inquiète un peu pour l'avenir des "territoires enclavés. "J'habite à Paris, dit-elle, mais mes parents habitent ici et je viens souvent en train pour les voir".  

Un autre voyageur évoque les gares qui ont été supprimées. Il exprime son désarroi et sa crainte d'une paupérisation des territoires ruraux mal desservis : " Le TGV, c'est rentable, dit-il. Ils ont dépensé beaucoup d'argent, ils en ont gagné beaucoup."

La gare de Montbard ( Côte-d'Or)
La gare de Montbard ( Côte-d'Or) © France Télévisions - D. Rabeisen

Plusieurs milliers d'abonnés concernés

Une pétition mise en ligne le 6 octobre par le collectif voyageurs TGV Grand Est Dijon Montbard Paris, a déjà recueilli plus de 3000 signatures. 

" Nous sommes des centaines d’abonnés de la ligne Dijon-Montbard-Paris et des milliers de voyageurs sur cette ligne qui dépendons des TGV en circulation pour exercer notre activité professionnelle et nous rendre au travail.

Sans TGV pour effectuer notre trajet domicile/travail quotidien, nous ne pouvons pas gagner notre vie. 

C’est donc avec effroi que nous apprenons la suppression du TGV #6762 de 7h23 au départ de Dijon, qui effectue un arrêt en gare de Montbard à 8h pour une arrivée sur Paris à 9h08.

 
Un TGV arrivant en gare de Montbard (Côte-d'Or), en octobre 2020.
Un TGV arrivant en gare de Montbard (Côte-d'Or), en octobre 2020. © France Télévisions - D. Rabeisen


Les élus demandent des garanties

Laurence Porte,  maire de Montbard (DVC) espère que cette décision n'est vraiment que temporaire.  " Il n'y a eu aucune concertation ", dit-elle. "Je peux m'exprimer au nom des élus locaux du territoire, mais aussi des usagers et de l'association de la metal' valley avec laquelle je suis en contact étroit, on a tous été extrêmement surpris, voire choqués de cette annonce".

La stupéfaction est d'autant plus grande qu'aux dernières nouvelles, il n'y a avait aucune inquiétude à avoir. "Même l'observatoire annuel de la desserte TGV n'en parlait pas." dit Laurence Laporte.

La SNCF précise que les suspensions de desserte pourront changer si le contexte perdure et en fonction de l'évolution de l'affluence.
La SNCF précise que les suspensions de desserte pourront changer si le contexte perdure et en fonction de l'évolution de l'affluence. © France Télévisions

Les élus se posent maintenant des questions. Qu'en sera t-il à l'avenir ? La SNCF annonce une suspension "jusqu'à une reprise effective du trafic" mais les élus souhaitent être rassurés.

"Nous attendons des garanties pour que cette suspension ne se transforme pas en suppression. Ce serait catastrophique pour notre tissu économique et pour les commodités de vie en Haute-Côte d'Or.   
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports société