Centres de loisirs de Belfort : la justice donne raison aux salariés licenciés

La moitié des 36 anciens salariés des "Francas" Belfort avait perdu leur emploi / © France 3 Franche-Comté / David Martin
La moitié des 36 anciens salariés des "Francas" Belfort avait perdu leur emploi / © France 3 Franche-Comté / David Martin

La cour de cassation tranche en faveur des ex-salariés des centres de loisirs de Belfort. La ville aurait dû tous les embaucher après avoir repris l'activité, auparavant assurée par l'association "les Francas".

Par Raoul Advocat

L'affaire remonte à fin 2014. Après le changement de majorité municipale, la ville de Belfort reprend à son compte les activités des centres de loisirs et du périscolaire. L'association "Francas" de Belfort, qui gérait ces activités, est écartée et mise en liquidation judiciaire. Parmi les 36 salariés, seule la moitié retrouve du travail dans les services de la ville de Belfort.

Privés d'emplois, les autres saisissent le conseil des prud'hommes. Après 3 années de procédure, la cour de cassation leur donne raison. Selon la justice, en reprenant l'activité à son compte, la ville de Belfort aurait du réembaucher la totalité des salariés licenciés.

La cour d'appel de Dijon devra à présent re-juger l'affaire.


A lire aussi

Sur le même sujet

Un troupeau de vaches laissé à l'abandon à Sain-Vit

Près de chez vous

Les + Lus