Le combat contre la réforme des retraites "n'est pas terminé", annonce le patron de la CGT Philippe Martinez à Belfort

Le syndicaliste s'est exprimé devant une centaine de membres de la CGT ce mardi 18 février 2020, à la maison du peuple de Belfort, avant de prendre la direction de l'hôpital Nord-Franche-Comté. 
Philippe Martinez s'était déjà rendu fin janvier auprès des grévistes de l'hôpital de Perpignan.
Philippe Martinez s'était déjà rendu fin janvier auprès des grévistes de l'hôpital de Perpignan. © Nicolas Parent - maxPPP
Il est de toutes les luttes, sur tous les fronts. Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez était en déplacement ce mardi 18 février 2020 à Belfort, où il a rencontré une centaine de cégétistes de toute la région Franche-Comté, rassemblés pour l'occasion à la maison du peuple.

Parmi les thèmes évoqués : la nécessité de poursuivre le combat contre la réforme des retraites, ou encore le dossier Alstom, un jour après l'annonce du rachat par le constructeur français du Canadien Bombardier.
 
« Dans ce genre de rachat présenté comme un mastodonte, ce sont les salariés qui paient les pots cassés, et les actionnaires qui s'en mettent plein les poches », a-t-il notamment dénoncé. Son interview complète est disponible ici :
 

Plus tard dans la journée, Philippe Martinez s'est rendu à Trévenans, à quelques kilomètres de Belfort, pour écouter les doléances du personnel de l'hôpital Nord-Franche-Comté, en grève symbolique comme partout en France. 

« Il y a une vraie souffrance à l'hôpital, a-t-il déclaré. L'hôpital est traité comme une entreprise privée : on parle rentabilité au lieu de parler qualité des soins. »

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie