Coronavirus : pour faire face à "la vague", les pompiers du Territoire de Belfort en renfort à l'hôpital de Trévenans

Des pompiers volontaires sont depuis le lundi 23 mars mobilisés à l'hôpital du Nord Franche-Comté entre Belfort et Montbéliard. Deux associations de protection civile vont également prêter main forte à l'hôpital qui se prépare à un afflux de malades Covid-19.

La première équipe de volontaires pompiers du Territoire de Belfort en partance pour renfort à l'hôpital du Nord Franche-Comté.
La première équipe de volontaires pompiers du Territoire de Belfort en partance pour renfort à l'hôpital du Nord Franche-Comté. © SDIS90
Affronter la vague. Anticiper la saturation du système de santé. Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, les pompiers du Territoire de Belfort se sont mobilisés. Pour intervenir avec le SMUR sur les urgences vitales et les patients en détresse respiratoire. Pour épauler, en cas de besoin, les ambulanciers qui seraient débordés.

Depuis ce weekend, le centre hospitalier de Trévenans et les pompiers du Territoire de Belfort ont concrétisé leur entraide. "L'hôpital de Trévenans se prépare à faire face à une afflux de malades. Nous avions proposé notre aide. Il y a un vrai élan de solidarité des pompiers, et une disponibilité actuellement des sapeurs pompiers volontaires qui ne vont plus travailler" explique le colonel Stéphane Helleu, du SDIS 90.


Accueil et brancardages des malades


Depuis le lundi 23 mars, 6 volontaires et un chef de détachement sont venus renforcer la petite équipe de sécurité incendie de l'hôpital terrifortain. "Nos pompiers volontaires sont sur le parking à l'accueil, ou auprès de l'équipe incendie de l'hôpital. A partir de jeudi 26 mars, nous allons élargir nos missions pour aider au brancardage des malades" ajoute le colonel Helleu.

"Cela s'inscrit bien sûr dans une démarche de solidarité avec le personnel et l'hôpital. Si l'hôpital évite le point de rupture, nous savons aussi que cela ne surchargera pas l'activité des pompiers dans les centres de secours" détaille le responsable des pompiers du plus petit département de France.

"On se prépare à ce que le nombre de malades covid-19 augmente. La vague pourrait avoir lieu dans 10 ou 15 jours, si elle n'arrive pas tant mieux, si elle arrive autant être prêts le plus possible" explique le pompier. Pour aider aux opérations de brancardage, les 7 pompiers détachés quotidiennement recevront l'appui ces prochains jours de 4 volontaires de la Protection Civile et de l'Unité mobile de premier secours (UMPS).


Des pompiers et des masques de protection en quantité suffisante


Selon le colonel Helleu, les volontaires pour épauler l'hôpital sont nombreux.  "Nous sommes 500 pompiers dans le Territoire de Belfort dont près de 380 volontaires", explique le colonel. "J'ai eu plus de volontaires pour l'instant que de places" dit-il. "Nous étions déjà dotés d'équipements de protection du fait de notre activité. Nous vivons pour l'instant sur nos stocks. L'Agence Régionale de la Santé va nous mettre à disposition des masques chirurgicaux pour équiper les patients et ne pas puiser trop dans nos stocks" conclut-il.

Dans les casernes du Territoire de Belfort, l'activité courante a chuté depuis le début du confinement. "D'une trentaine d'interventions  par tranche de 24 heures, nous n'en sommes plus qu'à une vingtaine" détaille le colonel Helleu. Pour l'instant l'activité des pompiers sur le covid-19 est fluide. Les pompiers réalisent chaque jour, selon Stéphane Helleu, une dizaine d'interventions susceptibles d'être liées au covid-19.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société