EUROCKÉENNES. Joe Unknown, le rappeur punk qui mérite d’être connu

Son premier album "For better for worse" est sorti… aujourd'hui, vendredi 30 juin. On a voulu voir si le live de Joe Unknown sur la scène de la Loggia aux Eurockéennes valait la prod du disque. Spoiler alerte : grave.

Joe Unknown arrive tout droit de Londres et si on ne nous l’avait pas dit, son accent british et le flegme de son flow ne laissent aucun doute. Son style, c’est le rap post-punk. Mais bon… difficile de le mettre dans une case. Ses prods oscillent de la drum’n bass au rock 70’s. Un son bien hargneux, qui porte des textes labellisés "explicit lyrics" (comprenez "attention, gros mots"), lâchés comme une "bombe à fragmentation poétique", et qui dépeignent de façon perspicace sa patrie britannique.

"I fucking love you guys"

Dès le début du concert, il prend le public à partie. Enfin quand je dis "concert", on est plus sur une grosse teuf entre potes qu'autre chose. Il harangue la foule : "Toi, tu t'appelles comment ? Pierre ? Ok Pierre, tu es maintenant responsable du mosh pit". Le mosh pit, c'est ce qu'on appelle le "pogo" nous les Français. Le pauvre Pierre, sous pression, prend ses jambes à son cou.

"Where's the fuck is Pierre ?? Fuck !" Un nouveau Pierre est nommé et prend la relève. Il n'y a eu que 3 morceaux mais ça part déjà en cacahuète : Joe saute dans le public, rejoint "The new Pierre" et lui annonce : "À 4, tu fonces dans le mosh pit et tu me fais tourner ça à fond ok ?... 1, 2, 3, 4 !" Et la folie démarre. Devant la scène, c'est l'apocalypse, le mosh pit tourne et se soulève au rythme des infrabasses.

L'interaction avec le public est ininterrompue tout au long du show. Les "Fuck !" ponctuent régulièrement son discours, normal pour un punk. Il sert du whisky aux gens du premier rang, le mec veut qu'on s'amuse, qu'on saute, qu'on danse, son objectif c'est clairement qu'on atteigne son niveau d'excitation.

"La prochaine chanson est aussi horrible que toutes les autres"

"Si vous aimez le rock'n roll, vous allez détester cette chanson ! Fuck !" Il est fin énervé, mais drôle. "C'est le meilleur festival français auquel on est jamais allés. C'est le seul festival français auquel on est jamais allés ! Fuck !" Il nous présente son DJ, Alex, qui vient de (fucking) Irlande. Le gars n'est pas chaud pour un "crowd surfing" (se faire porter par la foule) mais Joe insiste alors Alex se lance.

"Maintenant tous ceux qui portent du jaune vous venez devant. On va faire un mosh pit jaune, c'est pour ma page Pinterest." Il se marre, Joe, il est content de son truc.

Le set touche à sa fin, il nous livre la chanson la plus "douce" du set. S'en est presque (fucking) émouvant. Il interpelle une dernière "victime", elle s'appelle Perrine et elle va crowd surfer elle aussi pour le bonheur de tout le public.

C'est la chanson "Silent" qui clôt le spectacle. Vivement Détonation qu'on remette ça, Joe, nous aussi on (fucking) t'aime désormais.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité