Grand format : Jean-Pierre Chevènement, Franc-Comtois et homme d'État

Ce contenu n'est plus disponible

Jean-Pierre Chevènement, sénateur du Territoire de Belfort ne s’est pas représenté aux dernières élections sénatoriales et a ainsi mis un terme à sa longue carrière politique. Revenons sur un parcours qui a commencé il y a près de 50 ans...

Par Marie-Pierre Goisseaud et Pascal Sulocha

Cliquez sur l'image de couverture ci-dessus pour découvrir notre long format dédié à Jean-Pierre Chevènement.


1. CHEVÈNEMENT, L'HOMME D'ETAT

Elève de l’ENA (promotion Stendhal 1963-1965), Jean-Pierre Chevènement adhère au parti socialiste, la SFIO (Section française de l’internationale ouvrière) en décembre 1964.


2. CHEVÈNEMENT, LE FRANC-COMTOIS

Jean-Pierre Chevènement est né en Franche Comté. Ses parents étaient instituteurs au Luhier, un petit village du Haut Doubs. Il est attaché à ses racines.
Extrait de son entretien dans Marianne du 4 septembre 2000 :
« Je suis franc-comtois et passionnément attaché à mon Jura natal, à ses forêts de sapins, je parle même le dialecte du Haut-Doubs… Néanmoins je ne vivrais pas toujours dans mes forêts. J’aime respirer des airs différents. J’adore flâner sur les quais de Seine. J’aime les voyages et en même temps, j’aime beaucoup la saucisse de Morteau mais je n’en mangerais pas tous les jours ! »

3. CHEVÈNEMENT, L'HOMME DES MOTS

Jean-Pierre Chevènement se caractérise par ses nombreuses petites phrases dont la plus célèbre est :

Un ministre ça ferme sa gueule, ou ça démissionne… 


Cette phrase aurait été prononcée en 1983 alors qu’il est ministre de larecherche et de l'industrie.


> Pour aller plus loin :

A lire aussi

Jura : des cartes en bois mondialement connues

Les + Lus