Les percussions font vibrer le FIMU

La kora ici entre les mains d'un musicien du Sénégal / © AFP PHOTO / PABALLO THEKISO
La kora ici entre les mains d'un musicien du Sénégal / © AFP PHOTO / PABALLO THEKISO

Elles sont les vedettes du FIMU 2013. Dans la famille des percussions, je demande...

Par Sophie Courageot

Djembé, balafon, glockenspiel, maracas ou castagnettes... Leur nom nous fait déjà voyager. Le monde des percussions est une grande famille.

Si vous les regardez d'un peu plus près au FIMU, vous trouverez deux types de percussions : 

- les percussions à membrane

La frappe de cette peau, animale ou synthétique avec les mains ou des baguettes crée un un son. Un son amplifié parfois par la caisse de résonance.

Exemple : la grosse caisse, le tambourin, les timbales. Et dans des pays plus lointains, le Kazoo, le Pung, ou le Surdo. 

- les percussions idiophones

Ces percussions créent elles mêmes le son lors d'un impact. On les frappe entre elles. Ou avec une baguette. 

Exemple : le glockenspiel, le carillon, le gong ou le triangle

- les percussions à cordes

On les appelle aussi cordophones. Les cordes frappées en rythme produisent des sons. Ces percussions sont moins nombreuses, et moins connues. 

Exemple : le berimbau, le santour, ou le tambourin à cordes. 

L'apprentissage des percussions est possible dans les conservatoires de la région. 

Au son du balafon

L'esprit frappeur, groupe franc-comtois
 

 

Conférences sur les percussions

Philippe Cornus, Responsable du Département Percussion du Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Besançon proposera deux conférences pendant le FIMU

  • Samedi 18 et dimanche 19 mai de 15h à 16h30
  • à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Territoire de Belfort.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus