Cet article date de plus de 8 ans

Transju'classic : Parce qu'il n'y a pas que le skating dans le ski

Après une longue absence, le ski de fond en style classique confirme son retour. Dans la Transjurassienne, au départ des Rousses, ce samedi, pour 50 kilomètres. En attendant une plus longue distance ?
Les Rousses, février 2012 : Les concurrents de la Transjurassienne en style classique ont pris le départ
Les Rousses, février 2012 : Les concurrents de la Transjurassienne en style classique ont pris le départ © Sophie Courageot
Le souvenir est encore cuisant. Premiers pas sur des skis de fond, en "classique". Quelle galère. Garder deux skis parallèles. Eux sont décidés à s'embrasser, se croiser, se doubler. Maîtriser les descentes. Le son strident sur la neige verglacée, dernier avertissement avant la chute. Quant aux virages, c'est comment déjà ? Appuyer sur le ski qui est à l'extérieur du virage, à moins que ce ne soit le contraire ? Trop tard, maintenant il faut se relever, récupérer le ski qui a continué sa route et le bâton qui doit bien être quelque part...

Des années plus tard vient l'envie de tester le skating. Nouveau souvenir cuisant. Cette fois, il ne faut surtout pas garder les skis parallèles. La collection de gamelles reprend de plus belle. Pourtant, les autres y arrivent parfaitement. A jeter leurs skis en avant, pour avancer. Moi, je les jette aussi. Pour ne plus les remettre.


Retour en grâce du classique

Retour au bon vieux ski de fond classique. Il paraît que c'est tendance. Regardez, cette année, ils sont 850 à prendre le départ de la "Tansju'classic". Certains compétiteurs rêvent même de retrouver la distance initiale de la Transjurassienne, 76 kilomètres. Une tradition revisitée. Quand d'autres pays sont restés très attachés au style classique. Les pays scandinaves par exemple. Là-bas, le ski est aussi un moyen de se déplacer. Plus en douceur, plus proche de la marche à pied, le ski de fond reste donc classique.







Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transjurassienne ski sport