Cet article date de plus de 4 ans

Football : l'AJ Auxerre navigue à vue

Gouvernance incertaine, rachat par un groupe chinois, instabilité sportive, imbroglio Papin, budget sous surveillance : l'AJ Auxerre, de surcroit menacé de relégation en National, fait parler d'elle plus souvent en dehors du terrain que pour ses résultats sportifs.
Malgré sa victoire à Clermont (1-0) vendredi, l'AJA qui reçoit Saint-Étienne, 5e de L1, mercredi en 16e de finale de Coupe de France (18h00), reste collée à l'avant-dernière place de la L2. Tandis que l'actualité mouvementée à la tête du club alimente un feuilleton depuis l'été.

Dernier épisode en date : l'éventuel recrutement du Ballon d'or 1991 Jean-Pierre Papin, avec une triple casquette d'entraîneur-directeur sportif-ambassadeur, qui a finalement capoté après avoir fait bondir Guy Roux, ex-entraîneur emblématique du club icaunais désormais administrateur et toujours très influent.

"Inapproprié", s'était-il exclamé, son opposition déclenchant une vive polémique avec Papin.


"Je suis marri qu'il ait été entraîné dans cette aventure par notre actionnaire majoritaire qui recherchait de la représentativité", avait ensuite dit Roux, le 24 janvier sur RMC, après l'abandon du projet.

"Papin était bon pour ça mais venir à Auxerre comme entraîneur, c'était impossible. Nous en avons déjà un sous contrat qui est au travail (Cédric Daury, NDLR). Il a appris d'un seul coup que quelqu'un avait été nommé, à l'insu de notre président" Guy Cotret, avait-il ajouté.

Relations tendues

A 78 ans, Guy Roux représente l'association AJA qui détient encore 23% du capital du club face à ORG Packaging.

Spécialiste de l'emballage alimentaire, le groupe chinois a racheté, en septembre, les parts du fonds d'investissement Paris Luxembourg Participations. Les nouveaux investisseurs ont ensuite porté leur participation de 60% à 77% grâce à une augmentation de capital.

Déjà, cet été, les négociations autour de leur proposition de rachat avaient été tendues avec Guy Roux et l'association, qui craignaient de se faire déposséder de leurs biens, immobiliers notamment.


Corinne Limido du fonds PLP, alors encore actionnaire majoritaire, avait même menacé de révoquer du conseil d'administration Guy Roux et les deux autres représentants de l'association, avant que ne soit trouvé un terrain d'entente.

L'épisode "Papin", lequel avait négocié directement avec le propriétaire chinois en vue d'une arrivée, semble surtout avoir affaibli Guy Cotret, mis en place par la famille Limido et conservé par ORG.

Le président, âgé de 63 ans, avait été désavoué dans sa proposition de nommer comme ambassadeur Jean-Marc Ferreri, 54 ans et ancienne vedette du club, jugé pas assez connu au plan international.

Instabilité sportive

Mais c'est encore lui qui a défendu devant la DNCG, à la mi-janvier, la situation financière tendue du club avec un budget de 13 millions d'euros. A son arrivée en 2013, l'AJA était au bord du dépôt de bilan, a-t-il plusieurs fois répété.

Sur le terrain, l'équipe vient d'engager trois joueurs au mercato d'hiver : Birama Touré et Mohamed Yattara du Standard Liège et Yaya Sané (Bursaspor/1re div. turque). Mais l'effectif est très instable, même le staff.

Douze joueurs ont quitté le club l'été dernier, pour neuf arrivées. Et l'entraîneur roumain Viorel Moldovan, recruté en juin, a été remercié au bout de trois mois, après une charge contre la direction.


Il avait succédé à Jean-Luc Vannuchi, non renouvelé à la fin de son contrat. Il avait pourtant emmené l'AJA en finale de la Coupe de France en 2015.

Actuellement en poste, Cédric Daury est le sixième entraîneur depuis 2011. Et face à Papin, sa place sur le banc n'a tenu qu'au soutien de Guy Roux, des joueurs et des supporters.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aj auxerre football sport