Cathy, paraplégique, va parcourir 1 100 km en fauteuil roulant électrique au départ de l'Yonne

Publié le

Cathy Hedieux s'est lancé le défi fou de partir d'Avallon (Yonne) et de rejoindre Cap d'Agde en fauteuil roulant électrique. Dimanche, elle s'élancera pour plus de 1 100 km à travers la France.

Si certains préfèrent passer leur dimanche matin dans un canapé avec un café, Cathy Hedieux préfère partir pour un voyage de 1 100 km en fauteuil roulant électrique. Paraplégique suite à un accident de voiture, cette femme avait déjà tenté de traverser le Morvan en 2021 avec le même type d'engin. Cette année, elle vise plus haut, et plus loin.

S'adapter à son handicap

Âgée de 53 ans, Cathy se décrit comme une personne active. Difficile de la contredire lorsque l'on voit les défis qu'elle s'impose. Ancienne éducatrice sportive, son grave accident il y a vingt ans l'empêche de garder son métier.

Paraplégique depuis, Cathy est gênée à l'idée d'être inactive. "J’avais besoin de me sentir utile pour les autres. On fait partie intégrante de la société, et quand on ne fait rien on ne participe plus à son évolution", explique-t-elle.

Elle intègre alors l'association "Créez du soleil", dont le but est de rendre les activités en pleine nature accessible pour les personnes à mobilité réduite. Cathy Hedieux propose des interventions de sensibilisations dans les écoles ou les entreprises. Cette dernière fait la connaissance du FTT, le fauteuil tout-terrain lors d'une opération au parc du Morvan. 

Retourner comme ça dans la nature après 20 ans, ça m’a pris les tripes.

Cathy Hedieux

L'essai s'est avéré aussi concluant qu'émotionnel. "Retourner comme ça dans la nature après 20 ans, ça m’a pris les tripes. J’ai pleuré de joie parce que malgré l’accident et toutes les épreuves, je me retrouvais avec mes amis dans la vallée de l’Ouche", raconte-t-elle. 

Une première sortie expérimentale en 2021

Alain, un employé du parc du Morvan, annonce à notre aventurière qu'ils ont deux fauteuils tout-terrain appelés des quadrix. Des engins qui peuvent se déplacer sur la GTMC, chemin d'itinérance pour les cyclistes qui passe par quasiment tous les parcs régionaux du pays. De cette annonce naît un projet ambitieux.

En 2021, Cathy se met le défi de traverser le Morvan. Une distance de près de 300km qui va servir de cobaye pour de plus longs périples. "C’était une expérience. On voulait voir si ce projet n’était pas utopique, si on allait tenir la route physiquement et comment ça allait se passer avec le matériel. Cela nous a permis de rendre compte que le projet de la GTMC était plausible", présage-t-elle.

1 100 km en 40 jours

La quinquagénaire est décidée. Cette année, elle partira d'Autun pour rejoindre le Cap d’Agde. Un voyage long de 40 jours, avec dix jours de repos. 45 à 75 km l'attendent quotidiennement mais son assistance et son accompagnateur Mehdi veillent au bon déroulement de l'expédition.

Son but ? Prendre du plaisir mais également essayer de rendre accessible des chemins déjà existants de randonnée. Même s'ils sont déjà plus ou moins sécurisés, son ami et accompagnant Mehdi va s’occuper de la cartographie. Toutes les informations à propos d'éventuels nouveaux obstacles vont être répertoriés. Les données seront ensuite données à Ipamac, qui va ensuite mettre à jour les sentiers. 

Sortir de sa zone de confort…

Cathy Hedieux est bien décidé à relever ce challenge. A bord de son fauteuil tout-terrain et malgré son accompagnant, l'Icaunaise sera livrée à elle même. Une idée qui ne lui fait pas peur tant elle prend du plaisir à arpenter les parcs régionaux avec son fauteuil.

"Dans la vie, j’ai eu des épreuves que je n'ai pas choisies mais elle je l’ai choisie. C'est une épreuve, on peut avoir de la casse ou de la fatigue. Je suis adapté à mon quotidien dans ma maison mais là je vais devoir m’adapter au couchage, à la douche", nous détaille-t-elle.

…Et montrer la voie

Pour elle, ce périple est un résumé de la vie. "On a des épreuves qu’on peut trouver sur le chemin, et quand on a des obstacles on s’adapte. Dans les épreuves, il y’a du bon, du mauvais et il faut essayer d’en tirer du positif. La vie c’est une adaptation, si on veut être heureux il faut savoir s’adapter", avoue-t-elle.

Le handicap ne doit pas être un fardeau, ni un frein à notre bonheur.

Cathy Hedieux

Cathy a ce besoin de se rendre utile à la société. Elle espère ainsi pouvoir montrer la voie à d'autres personnes en situation de handicap. "On a beaucoup de retard dans le monde d’aujourd’hui au niveau de l'accessibilité. Je veux que chacun poursuive son rêve ou ses projets. Le handicap ne doit pas être un fardeau, ni un frein à notre bonheur", confie-t-elle.

Cathy Hedieux ne se voit pas comme un exemple. Pourtant, son équipe est unanime. Cette ancienne éducatrice sportive a trouvé une nouvelle façon de vivre et dimanche, elle se lancera dans une aventure aussi belle que mémorable.